Connectez-vous S'inscrire

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

DIDIER BILÉ - "N'OUBLIEZ PAS"

17/04/2017 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan








10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

Côte d’Ivoire : l’émergence économique ne se décrète pas

Si être ambitieux est tout à fait légitime, l’économie ivoirienne peut-elle devenir émergente d’ici 2020 ?


L’émergence des pays africains est devenue le leitmotiv des discours des politiciens africains, notamment en Côte d’ivoire. D’ailleurs, une Conférence internationale sur l’émergence en Afrique aura lieu du 18 au 20 mars 2015 à Abidjan. Si être ambitieux est tout à fait légitime, l’économie ivoirienne peut-elle devenir émergente d’ici 2020 ?

Certes, la croissance économique de ces dernières années a été forte (9,8% en 2012, 8,8% en 2013). Toutefois, pour prétendre à l’émergence, il est besoin d’une croissance de qualité, c’est-à-dire une croissance forte, régulière et inclusive. Or, la croissance ivoirienne est tirée essentiellement par l’exploitation de ressources primaires (Café, Cacao, bois, or, pétrole, etc.). Or, les cours de ces matières premières sont volatils et cycliques, ce qui implique que les revenus soient instables et in fine la croissance en dents de scie. Si l’on reste dans la configuration actuelle, c’est-à-dire avec une économie rentière, la croissance ne pourra jamais être régulière. Par ailleurs, précisons que si la croissance ivoirienne a été forte sur la dernière décennie, ce n’est pas parce que les exportations ont augmenté en volume ou ont une forte valeur ajoutée, c’est uniquement grâce à l’effet-prix qui n’a rien à voir avec le développement de la structure, de l’économie ivoirienne.

La fragilité de la croissance ivoirienne est imputable à sa dépendance au cours des matières premières et des aléas climatiques. Cela réduit ses chances de prétendre à l’émergence car il suffit d’un retournement de conjoncture pour que la croissance se transforme en récession ou dépression. À titre d’exemple, le taux de croissance moyen était de plus de 8 % pendant les quinze premières années de l’indépendance du pays 1960-1975 (miracle Ivoirien), mais la chute des cours des produits agricoles de base survenue à la fin des années 70, a ainsi provoqué une dépression qui, combinée à une politique monétaire et fiscale expansionniste encouragée auparavant par le boom café-cacao, a fait tomber le pays dans le piège de l’endettement et l’a mis sous tutelle des institutions de Bretton Woods.

La fragilité de l’économie ivoirienne sus-visée traduit une lacune structurelle : le manque de diversification. Comme la majorité des économies africaines, la Côte d’Ivoire présente une structure productive limitée dans le sens où l’essentiel des revenus à l’exportation est réalisé grâce à quelques produits (l’agriculture représente 22% du PIB et plus de 50% des recettes d’exportation). De même, les exportations ivoiriennes sont concentrées sur quelques marchés, principalement la zone européenne (L’UE est le premier partenaire commercial de la Côte d’Ivoire et absorbe 70% de ses exportations). En raison de cette faiblesse de la diversification sectorielle et géographique, l’économie ivoirienne reste fragile face aux fluctuations de la conjoncture. Il suffit par exemple que le cacao voit ses cours chuter ou qu’un des clients européens soient en crise, pour que l’économie ivoirienne entre en récession, voire en dépression.

Ce manque de diversification de l’économie ivoirienne renvoie au problème de l’investissement dans ce pays, qui reste faible comparé aux pays émergents (17,8% en 2013). Malheureusement l’investissement privé reste étouffé dans ce pays en raison d’un environnement encore hostile aux entrepreneurs, en dépit des progrès réalisés (147e sur 187 pays dans le classement Doing business 2015). Le déficit de l’État de droit, la complexité administrative, l’insécurité judiciaire, la corruption endémique, et j’en passe, autant de facteurs qui découragent la diversification. De la même manière, il ne peut y avoir de développement de l’investissement privé sans financement. Malheureusement la faiblesse de l’épargne nationale (autour de 17%) ainsi que les dysfonctionnements des secteurs bancaire et financier et leur incapacité à mobiliser et à canaliser une épargne déjà rare, handicapent grandement la création d’entreprises et la mise en œuvre des projets dans plusieurs secteurs d’activité.

Toutes les économies émergentes ont en commun d’être compétitives, ce qui leur a permis de conquérir des marchés au niveau mondial et de créer plus de richesses et d’emplois. Or, l’économie ivoirienne souffre d’un déficit chronique de compétitivité (110e sur 134 pays dans le classement WEF 2014). Elle n’arrive pas à développer des avantages comparatifs en dehors de produits primaires. Cette incapacité de créer de la valeur et de transformer ses ressources naturelles est due à la mauvaise qualité de ses infrastructures et à la déficience de sa logistique, à la cherté du foncier et de l’énergie, sans oublier les coûts de transactions dus aux défaillances de l’administration et de l’inadéquation des réglementations et des lois.
Lire la suite
Samedi 21 Mars 2015
Lu 342 fois
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez


Dans la même rubrique :
< >

Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Économie | Afrique - Monde | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 25/06/2017 | 1615 vues
11111  (1 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 19/06/2017 | 655 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 21/04/2017 | 1091 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire



ladepechedabidjan : "YODÉ ET SIRO KOTOKO" : https://t.co/Hnh3LH6ZXF via @YouTube
Mardi 22 Août - 21:27
ladepechedabidjan : YODÉ ET SIRO - ASEC - KOTOKO https://t.co/dcPInSCHp4 https://t.co/Stwp2esYqU
Mardi 22 Août - 11:57
ladepechedabidjan : "YODÉ ET SIRO KOTOKO" : https://t.co/500HyjsxPl via @YouTube
Mardi 22 Août - 11:41
ladepechedabidjan : CEDEAO: la monnaie unique renvoyée aux calendes grecques: Le rêve d’une monnaie unique... https://t.co/caDoVjyHHL https://t.co/7jJaYc0Z6W
Mardi 22 Août - 09:47

Facebook

Partager ce site