Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan








10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

Côte d’Ivoire : à huit mois des élections, divisions à tous les étages


Côte d’Ivoire : à huit mois des élections, divisions à tous les étages
À huit mois des élections, la Côte d’Ivoire est à la croisée des chemins. Toutes ses formations politiques sont en proie au doute et à la division tandis que l’enjeu principal du scrutin sera de prouver la bonne marche démocratique du pays. Une gageure, au vu de la lente reconstruction morale et politique en marche depuis 4 ans, la guerre… et les dernières élections.

Nous sommes le 5 août 2013. Dans le quartier de la Riviera Attoban, à Abidjan, on fait la fête. La procession de véhicules avance avec difficulté parmi la foule en liesse. Cette foule n’a pas eu beaucoup d’occasions d’être joyeuse depuis deux ans et demi. Mais la voilà qui se lève enfin pour accueillir la libération de ses leaders en captivité : l’ex-premier ministre Pascal Affi N’guessan, Michel Gbagbo, le fils de l’ex-président du pays, les anciens ministres Alcide Djédjé, Moïse Lida Kouassi et bien d’autres cadres ayant marqué « les années Gbagbo ».

À cette époque, un vent d’espoir souffle sur la scène politique ivoirienne. Deux ans après la guerre, le pouvoir en place décide de relâcher la pression en mettant en liberté provisoire ces membres de l’opposition arbitrairement emprisonnés depuis la fin des combats en avril 2011. Cette même opposition, incarnée par le Front Populaire Ivoirien (FPI), compte bien sauter sur l’occasion pour se reconstruire et se dresser face au régime qui a causé sa perte. Tous les voyants sont au vert, le débat démocratique s’entrouvre alors qu’Alassane Ouattara franchit la moitié de son mandat.

Dix-huit mois plus tard, rien ne va plus. En dépit des résultats économiques spectaculaires annoncés par le gouvernement, le pays semble encore divisé et en proie à ses vieux démons.

La coalition au pouvoir, fondée à l’entre-deux tours des élections de 2010 dans le but d’éliminer Laurent Gbagbo, se craquèle jour après jour. Le chef de l’État a beau tenir fermement sa formation politique d’inspiration libérale, le Rassemblement des Républicain (RDR), son ambitieux président de l’Assemblée Nationale est en embuscade. En effet, si l’ex-chef rebelle Guillaume Soro a annoncé son ralliement au Président pour 2015, il ne fait aucun doute qu’il cherche à se positionner pour 2020 et qu’il sera en embuscade dans les années à venir pour s’imposer comme le candidat le mieux placé pour la magistrature suprême. Le débat pour « le coup d’après » semble déjà avoir commencé, certains autres membres du RDR s’y voyant bien, à l’instar d’Hamed Bakayoko, le ministre de l’intérieur.

Les alliés du parti présidentiel, de leur côté, s’entredéchirent sur la marche à suivre d’ici la fin de l’année. L’ex-président Henri Konan Bédié, leader de l’historique Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), croyait pourtant pacifier le débat en annonçant en septembre 2014 son ralliement à M. Ouattara. La décision n’a pas plu au reste de l’imposante machine électorale que représente sa formation politique. Quatre dissidents ont annoncé en décembre vouloir concourir pour l’élection, dont Charles Konan Banny, ancien ministre et président de la fantomatique Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation.

L’opposition pourrait profiter avantageusement des fissures de l’alliance RDR-PDCI, mais ne semble pas vouloir saisir sa chance. Son leader tutélaire, l’ex-président Gbagbo, reste incarcéré à La Haye, en attente du procès qui le jugera avec son poulain Charles Blé Goudé l’été prochain. Depuis quatre ans que ses partisans espèrent sa libération, le Front Populaire Ivoirien peine à se remettre à flot. En cause ? L’abrupte division entre deux courants facilement identifiables. D’un côté, le président du parti Pascal Affi N’Guessan propose une réinsertion de plain pied de sa formation dans la vie politique, avec en ligne de mire une éventuelle candidature aux élections. Face à lui, une faction majoritaire, emmenée par des cadres du parti et soutenue par Michel Gbagbo, se focalise avant tout sur la libération de son champion détenu à la Cour Pénale Internationale.

La crise a pris un nouveau tour lorsque ce dernier camp a décidé d’évincer de la présidence du parti M. Affi Nguessan début mars. Ce dernier a estimé illégale la décision et a décidé de se maintenir en place.

Ces tensions intenses qui secouent « le parti à la rose » se réclamant de la gauche ivoirienne arrivent à un moment crucial. Les procès des ex-cadres de l’ère Gbagbo annoncent leurs verdicts les uns après les autres, et ils sont sévères. L’ex-première dame Simone Gbagbo et Michel Gbagbo ont été condamnés respectivement à 20 et 5 ans de prison. Des décisions qui devraient accentuer un peu plus le fossé qui sépare les partisans de Laurent Gbagbo et ceux du pouvoir en place, sachant qu’aucun membre du clan Ouattara n’a été inquiété par la justice pour le moment. De quoi accentuer une impression de justice des vainqueurs et acculer le FPI entre un boycott improductif et une humiliante demande de grâce présidentielle. Le seul opposant à prendre au sérieux semble être Mamadou Koulibaly. Cet économiste libéral, ancien président de l’Assemblée Nationale, a quitté le parti de Laurent Gbagbo pour former sa propre formation, Liberté et Démocratie pour la République (LIDER). Peu de chances néanmoins qu’il parvienne à ébranler Alassane Ouattara.

La situation sécuritaire est par ailleurs loin d’être revenue à la normale. L’Ouest du pays reste encore instable, et le Président Ouattara rappelle fréquemment son engagement à pacifier la région. Au-delà du phénomène des coupeurs de route que décrit souvent la parole officielle, des attaques armées visent parfois les forces de sécurité ou les civils sans but de pillage. Surtout, l’armée montre encore trop souvent qu’elle est issue de l’alliage entre une rébellion désorganisée et des forces régulières. La réclamation soudaine et spectaculaire d’arriérés de solde par des militaires à l’automne dernier a brusquement rappelé au chef de l’État la stabilité toute relative de sa position.

Si la victoire des Éléphants ivoiriens à la dernière Coupe d’Afrique des Nations de football n’était pas venue apporter un peu de liesse dans le pays, ce paysage politique pourrait apparaître inquiétant.

Sans qu’il préfigure pour autant un retour de la violence politique au devant de la scène, il n’a rien de rassurant. Si l’on peut voir d’un œil optimiste dans ces divisions autant de débats et donc de formes de démocratisation, l’autre œil y verra, lui, un blocage à l’issue peu glorieuse pour le moment.

L’état moribond dans lequel se trouve l’opposition et les divisions trop nombreuses du PDCI font le lit d’une candidature quasi-unique à la présidentielle du président actuel. Quoi que l’on puisse penser de son mandat, la présence d’une seule personnalité de premier plan à cette échéance n’annonce rien de bon. Si aucune opposition structurée ne se met en place, Alassane Ouattara devra relever le défi délicat d’unifier un pays encore très divisé tout en incarnant un leadership incontestable. Sa légitimité auprès de ses alliés pourrait en pâtir sur le long-terme au cours de son second mandat, et la difficile réforme de l’armée laisse toujours planer l’incertitude quant à la stabilité et la sécurité du pays. Enfin, la nouvelle génération de leaders peine à percer dans une sphère politique encore trop dominée par des sexagénaires et septuagénaires. Un paradoxe, pour un pays dont l’âge médian de la population est de 19 ans.

Autre presse
Samedi 14 Mars 2015
Lu 466 fois
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez


1.Posté par Pierre Akossia le 14/03/2015 20:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
CEI, organe des malfaisants,
Je vous rapporte cette information encourageante !

Albert Bourgi sur RFI « En misant sur Affi, Ouattara montre qu’il ne connaît pas le FPI »
Albert Bourgi, professeur de droit à l’université de Reims en France.

« En blanchissant Affi Nguessan, Ouattara montre qu’il ne connaît pas le rapport qui existe entre les fondateurs du FPI et les militants de ce parti. Depuis sa prison, Gbagbo à la main mise sur le FPI et ce n’est pas Affi N’guessan qui pourra l’en empêcher parce que lui-même n’existe politiquement que grâce à Gbagbo. »

2.Posté par Pierre Akossia le 15/03/2015 13:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Foiré Alassane et sa CEI !

La police empêche un meeting de Sangaré Aboudrahamane au Baron de Yopougon. C’est une erreur juridique, le conflit entre Affi N’Guessan et le FPI n’est pas encore jugé, ce faisant, quelque soit le tyran qui est à la tête d’une dictature doit au moins attendre.

Si on donne déjà à Affi raison, pourquoi aller encore au tribunal ? Si tu sors avec une fille et que tu la traites de « pute », c’est toi qui es dénigré de par la respectabilité, si Alassane ne respecte pas la loi du pays, ça veut dire que n’a aucune valeur ce pays, donc lui-même, il n’est qu’un ramassis fécal.

On va lutter, jusqu’à le faire dégager !
Vive la Côte d’Ivoire !
Vive le président Gbagbo et son FPI dont il a souffert et il souffre !

3.Posté par Pierre Akossia le 15/03/2015 14:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Communiqué :

Urgent ! Urgent !

La police ivoirienne boucle depuis le petit matin, le périmètre du Baron de Yopougon où les camarades Aboudrahamane Sangaré, nouveau président FPI est attendu ce dimanche 15 mars 2015 pour son premier grand meeting avec les militants du FPI.

Cette rencontre a pour objectif d’annoncer au peuple de Côte d’Ivoire et la communauté internationale que monsieur Affi N’Guessan a été limogé de sa fonction de président du FPI et interdit de toutes activités politiques sur tout le territoire ivoirien et surtout au nom du FPI.

Mais malheureusement ce grand meeting n’aura pas lieu. Les antis démocrates, les gangs ont encore tremblé devant les combattants déterminés et convaincus.

Liade G. et Zougbo M.

Nota : Espérant que la CPI voit l’autoritarisme de Alassane Dramane Ouattara sur le peuple ivoirien.

4.Posté par Pierre Akossia le 15/03/2015 14:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bravo, c’est magnifique !

Le « meeting de Sangaré à Yopougon » La police prise au piège d’une fausse alerte. En fait, c’était pour les songer de par leur violence.

D’abord la police n’a pas le droit de s’immiscer dans l’organisation interne du FPI, on peut nous poursuivre, mais seulement si l’affaire a été jugée et qu’on n’a tort, mais 2/3 ne peuvent pas avoir tort sauf si dictature de l’insignifiant.

5.Posté par Pierre Akossia le 15/03/2015 22:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Affaire Alassane !

Pénurie de viande dans les boucheries du village de Ouattara, à Kong. Un mensonge à visage découvert. Ouattara veut nous faire croire, qu’il est ivoirien avec un village natal. Si le ridicule tuait.

Si tel est le cas, pourquoi, tu veux à tout prix modifier quelque chose qui nous protège tous ?

Banny n’a jamais voulu changer d’un iota notre constitution, ni Brou, ni Kouadio, ni Essy, ni autre, à part le monsieur qui veut détricoter le PDCI-RDA, le FPI et bientôt les jeunes partis.

Pourquoi, tu nous fais ça ? D’abord arrête de mentir, tu seras respecté. En plus, rends-toi digne, acceptable, vivable, sociable, ta seule qualité c’est détruire tout ce qui t’entoure. Il n’y a que ceux qui bénéficient massivement, ferment les yeux.

Que tu sois candidat ou non, si cette élection se passe mal, tu seras l’homme d’encore et tous les rattrapés te pourchasseront et te diront, d’où tu viens, encore et encore !

Nouveau commentaire :

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 01/11/2016 | 1195 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 20/10/2016 | 1800 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/09/2016 | 2164 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 05/09/2016 | 1405 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 02/09/2016 | 648 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 20



ladepechedabidjan : Après la volte-face de Jammeh, la Gambie dans l'incertitude: Sourd aux pressions... https://t.co/B4hdMvjhqN https://t.co/wzNnu8NkIL
Dimanche 11 Décembre - 13:06
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - À la CPI, les témoins de l’accusation sont entre fuite et aveux. À... https://t.co/GifHUKjoCa https://t.co/a7gsbMoTqI
Vendredi 9 Décembre - 16:15
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - RHDP Législatives à Gagnoa/ Guikahué a peur : Mme Bédié et Charles Diby... https://t.co/9B4MSmY1Xa https://t.co/xz40At6bIv
Vendredi 9 Décembre - 11:46
ladepechedabidjan : À quelques jours des législatives/ De nouveaux éléments sur la maladie de Soro, le chef... https://t.co/j4ylBWKlJv https://t.co/8UXegCvmJX
Vendredi 9 Décembre - 11:15

Facebook

Partager ce site