Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan
La Dépêche d'Abidjan











Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

BLOCO - COUPER, DÉCALER

03/11/2017 - La Dépêche d'Abidjan

BLOCO - ON VA OÙ ?

20/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOIRÉE CARITATIVE AU PROFIT DES ORPHELINATS D'AFRIQUE

03/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

LOGOBI STYLE - "ICI, C'EST ABIDJAN"

22/09/2017 - La Dépêche d'Abidjan

YODÉ ET SIRO - ASEC - KOTOKO

22/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 2

11/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 1

10/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

AU CONCERT DE SOUM-BILL, LE 05 AOÛT 2017, À PARIS

09/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

MAGA DINDIN - A CAPPELLA

30/06/2017 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ - "N'OUBLIEZ PAS"

17/04/2017 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan








L’ORIGINE DE LA FÊTE DE NOËL (PAR CHEIKH ANTA DIOP)

29/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Côte d’Ivoire : « Les djihadistes privilégient une politique de contournement »

Le général Emmanuel Beth, ancien commandant de la force française Licorne en Côte d’Ivoire de 2002 à 2003 et ancien ambassadeur au Burkina Faso de 2010 à 2013, est aujourd’hui associé dans le cabinet d’intelligence économique ESL & Network. Selon lui, si « l’attentat revendiqué par AQMI était prévisible, Abidjan étant une cible de choix, il était très difficile d’identifier et donc d’empêcher un petit groupe légèrement armé de passer à l’action ».


Côte d’Ivoire : « Les djihadistes privilégient une politique de contournement »
Comment analysez-vous cet attentat à Grand-Bassam, le premier sur le sol ivoirien ?

Je pense qu’il traduit les nouveaux modes d’action des mouvements djihadistes du Nord Mali qui, sous une réelle pression militaire française et de la communauté internationale, sentent qu’ils n’ont plus la liberté d’action, ni les moyens logistiques suffisants dans cette région située entre l’Afrique du Nord et l’Afrique subsaharienne. Etant très gênés dans cette région, même s’ils existent toujours, ils privilégient visiblement une politique de contournement qui vise à porter le fer dans d’autres pays ou d’autres régions pour les affaiblir. C’est pour cela qu’on les voit à la besogne au Mali avec l’attentat contre l’hôtel Radisson Blu, à Ouagadougou, avec l’attentat contre le Splendid, à Grand-Bassam, et peut-être demain ailleurs.

Vous pensez notamment à Dakar ?

Oui, bien sûr.

La France dispose d’une base militaire en Côte d’ivoire, plus de 15 000 ressortissants français vivent dans ce pays et les entreprises françaises y sont bien implantées. C’est autant la France que la Côte d’Ivoire qui était visée ?

Je dirais que c’est davantage la Côte d’Ivoire que la France qui, elle, est visée à la marge. On s’aperçoit que ce sont les pays africains, qui participent à la coalition contre le terrorisme dans cette zone, qui sont touchés les uns après les autres par le terrorisme islamiste.

Trois ans après l’intervention militaire dans le nord du Mali, les djihadistes démontrent qu’ils sont capables d’agir au-delà du Sahel. N’est-ce pas là un échec de la stratégie française d’endiguement ?

Je ne le crois pas du tout. L’action des djihadistes est très limitée dans le Sahel et je pense qu’ils essayent de contourner les résultats de l’intervention militaire française. Ils le font avec des moyens limités, sans avoir les moyens de l’attentat perpétré à Ankara, ce week-end, ou au Bataclan. Ce sont des loups solitaires qui sont téléguidés mais qui, d’une certaine façon, travaillent pour eux-mêmes.

L’effet pervers de l’intervention française n’est-il pas d’avoir dispersé la menace ?

Le problème concerne plutôt la situation en Libye, et non l’opération française Serval qui a empêché ces terroristes d’aller à Bamako, peut-être beaucoup plus loin après, et peut-être de commettre leurs actions beaucoup plus vite. En Libye, on a mis un coup de pied dans la fourmilière sans mettre ensuite en place l’action politique globale qui était nécessaire dans ce pays. Même s’il y a eu de très nets progrès en la matière, les bailleurs internationaux ne sont pas encore assez impliqués dans les dossiers d’accompagnement en matière de sécurité. Le développement est certes pris en compte dans les objectifs des bailleurs mais la sécurité ne l’est pas assez, alors que l’on sait très bien qu’il n’y a pas de développement sans sécurité.

Faut-il voir derrière cet attentat la main de Mokhtar Belmokhtar, le leader d’Al-Mourabitoune, qui est un partisan de l’extension du djihad au-delà du Maghreb ?

Al-Mourabitoune a effectivement revendiqué cet attentat, tout comme Al-Qaida au Maghreb Islamique (AQMI). Comme ces deux entités se sont réconciliées récemment, il est difficile de voir qui est exactement derrière tout ça. Je pense qu’étant donné les liens qui les unissent, c’est une action que l’on peut qualifier de commune, même si Mokhtar Belmokhtar doit être actif derrière.

La Côte d’Ivoire avait déjà connu plusieurs alertes. Ces menaces ont-elles été suivies de réelles actions ? Les différents services de sécurité de la région sont-ils préparés aux actions commandos qui se répètent ?

Les services français sont très actifs dans cette zone. La Côte d’Ivoire était consciente de l’éventualité d’une action et des enjeux de sécurité. J’étais il y a trois semaines à Abidjan et j’ai constaté cette vigilance. La vraie perspective de progrès dans la conduite du renseignement se situe au niveau de l’Afrique de l’Ouest. Ces pays arrivent à avoir des informations par le biais de la population, mais les échanges d’informations d’un Etat à l’autre sont insuffisants. C’est là-dessus que sont attendus les progrès.

Grand-Bassam pourrait, selon plusieurs sources, avoir été visé du fait du renforcement de la sécurité à Abidjan. Vous souscrivez à cette hypothèse ?

C’est possible. Disposant d’une liberté de manœuvre restreinte dans la ville d’Abidjan, les djihadistes ont pu aller dans une zone où il leur serait plus facile d’opérer.

Lire la suite
Mardi 15 Mars 2016
La Dépêche d'Abidjan



Interviews
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."



Protection des droits de l’enfant : Les pays francophones à la recherche d’outils et d’instrument: «Entendre et acc… https://t.co/Nyv30sU2Sd

Facebook

Partager ce site