Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan








10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

Côte d’Ivoire: La révolte contre Ouattara est en marche


Grèves des travailleurs, mécontentement généralisé, grogne au sein des troupes… De gros nuages s’amoncèlent à l’horizon sur le régime Ouattara. Depuis quelques mois, un frémissement se fait sentir dans toutes les couches sociales. Du fonctionnaire au « corps habillé », du jeune désoeuvré à l’étudiant forcé de se tenir très loin des amphithéâtres depuis près de deux ans, de la ménagère qui n’arrive plus à nourrir convenablement la maisonnée au déflaté néo-chômeur empêtré dans des difficultés de toutes sortes, en passant par le grossiste ou le transporteur qui n’arrive plus à réaliser sa recette journalière … plus personne ne cache son désarroi devant le mal vivre ambiant.
La période de « grâce » accordée au chef de l’Etat, due surtout à la terreur entretenue par les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci), semble révolue. L’impatience gagne les populations, et les signes annonciateurs d’un ouragan social sont palpables Lundi 23 et mardi 24 avril 2012. La plupart des établissements scolaires du primaire public sont fermés. Motif ? Le Mouvement des instituteurs pour la défense de leurs droits (Midd), l’un des syndicats les plus actifs du monde éducatif a lancé quelques jours plus tôt, un mot d’ordre de grève de 48 heures, largement suivi sur l’ensemble du territoire national. Depuis un an que le président Alassane Ouattara est au pouvoir, c’est le premier mouvement syndical enclenché qui aboutit à un arrêt de travail. Personne n’osait imaginer un débrayage dans la Fonction publique il y a de cela quelques mois. Est-ce le début d’un cycle qui pourrait déboucher sur des manifestations de plus grande envergure ? Tout laisse à le penser, puisque d’autres acteurs sociaux tenus jusque-là en laisse par des Frci qui imposaient le « respect armé », menacent d’entrer en scène. Trois semaines avant les enseignants, ce sont les médecins, infirmiers, sages-femmes… qui ont donné le ton. L’ensemble des 14 syndicats de la santé réunis au sein d’une plateforme, avait annoncé une grève pour le mardi 3 avril 2012. Après plusieurs rencontres avec le Premier ministre, le Gouvernement est parvenu, momentanément, à désamorcer la bombe sociale. Mais pour combien de temps ? Puisque le personnel soignant des hôpitaux publics a accordé une « trêve » de trois mois au Gouvernement pour satisfaire à ses revendications salariales. Autant dire que le magma social qui sommeille depuis un an pourrait entrer très vite en éruption. Car de leurs côtés, les dirigeants conditionnent la prise en compte des prétentions des travailleurs à l’atteinte du point d’achèvement de l’initiative Ppte (Pays pauvres très endettés), annoncé pour la fin du mois de juin 2012. Ce qui constitue une pure démagogie gouvernementale, dans la mesure où non seulement le Ppte n’est pas un acquis, loin s’en faut ; mais pis, la manne financière espérée par le Gouvernement, si elle est accordée à l’Etat de Côte d’Ivoire, ne servira pas à faire des revalorisations salariales. D’ailleurs, lors des négociations avec les autorités, un leader syndical qui a bien perçu le piège du Ppte, a osé poser la question qui fâche au Premier ministre : « Et si en fin juin prochain, on n’a pas le Ppte, qu’est-ce qu’on fait ? Est-ce que le pays va s’écrouler ou arrêter de fonctionner ?» N’ayant aucune réponse rassurante à donner à ses interlocuteurs, cette interrogation embarrassante a soulevé le courroux du chef du Gouvernement, allant jusqu’à tancer sévèrement l’auteur de cette demande impertinente de négativisme, rapporte un participant aux pourparlers. C’est donc un euphémisme d’affirmer que le régime Ouattara est sur des braises ardentes au plan social. Et le Gouvernement risque d’être privé de vacances, car les prochains mois (juillet, août, septembre…) s’annoncent très houleux. En effet, les Centrales syndicales ont décidé d’emboiter le pas à leurs associations syndiquées. Certainement galvanisés par les actions des syndicats sectoriels du monde enseignant et de la santé, l’Union générale des Travailleurs de Côte d’Ivoire (Ugtci), la Fédération des syndicats autonomes de Côte d’Ivoire (Fesaci) et la Fédération des syndicats libres Dignité – dont le Secrétaire général, Basile Mahan Gahé, est en prison au nord du pays depuis plus d’un an – commencent à leur tour à hausser le ton. Aphones suite aux licenciements massifs dans la Fonction Publique et dans les entreprises parapubliques, mais surtout tétanisés par la présence encombrante des Frci, les Centrales syndicales semblent avoir retrouvé la voix. A l’occasion de la Fête de Travail, boudé du reste par le chef de l’Etat qui a préféré « fuir » ses travailleurs pour aller se « réfugier » en France, les premiers responsables de l’Ugtci, Fesaci et Dignité ont mis en garde les autorités. « Il (Alassane Ouattara) avait promis 200.000 emplois par an. S’il n’est pas en mesure de réaliser cette performance, nous lui demandons humblement de laisser en place nos emplois acquis de haute lutte », fulminait l’un des adjoints de Mahan Gahé de Dignité, à sa sortie de la célébration du 1er mai 2012. « Le chef de l’Etat ne cesse de détruire les emplois des Ivoiriens », s’indignait pour sa part le vieux syndicaliste, Marcel Etté, que la destruction du tissu économique et social en seulement une année de gestion de pouvoir de Ouattara, a fait sortir de sa retraite. Le fondateur de la Fesaci a exprimé sa déception dans la presse au lendemain de la Fête du Travail. Pour faire monter la pression sur le Gouvernement, les Centrales syndicales brandissent la menace d’une grève généralisée de tous les travailleurs de Côte d’Ivoire, qu’ils soient du public ou du privé, si des solutions idoines ne sont pas trouvées dans les meilleurs délais pour sécuriser les emplois, à défaut de pouvoir en créer. Et améliorer les conditions sociales des populations, qui ploient sous le faix d’une équipe dirigeante en panne sèche de solutions et d’imaginations. Cet ultimatum sera-t-il mis à exécution ? La conjonction des circonstances et des facteurs déclencheurs plaident pour une explosion sociale. En effet, c’est devenu une plaisanterie de mauvais goût sur les marchés et même dans les causeries de quartiers. Aujourd’hui, lorsque vous sollicitez quelqu’un pour une quelconque aide financière, il vous répond : « Attends le conteneur d’argent qui arrive. Le bateau qui transporte les milliards du « bravetchê » (surnom du président Ouattara attribué par ses affidés, ndlr) est encore sur la mer, et il ne tardera pas à accoster au port d’Abidjan ». Un humour caustique bien ivoirien pour traduire la raréfaction des ressources financières. Jamais de mémoire de citoyen, les Ivoiriens et même les populations étrangères qui vivent en Côte d’Ivoire ne se sont autant plaints du manque d’argent. C’est sous Alassane Ouattara, « le président qui valait des milliards », « wari fatchê» (le père de l’argent en langue malinké ou bambara, ndlr), « le plus grand économiste africain de tous les temps », autant de superlatifs dont s’est affublé le chef de l’Etat, que les populations souffrent le plus du manque de moyens financiers. Même ses propres partisans, y compris les plus irréductibles, ont commencé à déchanter et à ne plus croire en la promesse des fleurs. Et pour toute réponse, le Gouvernement n’a qu’une ritournelle à bouche : « Ppte ! », brandi désormais comme la solutionmiracle ! La panacée. Et si ce fameux Ppte se transformait en mirage ? Or, ne dit-on pas que l’argent est le nerf de la guerre ? Et comme un malheur ne vient jamais seul, les populations doivent faire face, au moment même où elles ont de moins en moins de revenus, à la hausse « sauvage » des prix des denrées alimentaires et de première nécessité. Dans une récente interview accordée à Radio France Internationale (RFI), Alassane Ouattara déclarait, à propos de la cherté de la vie : « (…) Je vais alléger le panier de la ménagère… ». Ce lapsus du chef de l’Etat est révélateur de la situation désastreuse dans laquelle se trouvent tous les ménages du pays. La flambée des prix a atteint des proportions jamais égalées. En 2008, pour bien moins, des « émeutes de la faim » ont embrasé de nombreux pays africains, dont la Côte d’Ivoire. N’est-ce pas que les mêmes causes produisent les mêmes effets ? Que ventre affamé n’a point d’oreille ? Les tensions de La révolte contre Ouattara est en marche Le Président Alassane Ouattara. Les Forces républicaines de Côte d’Ivoire sont mécontentes.

In L’observateur d’Abidjan N° 010 – Mardi 5 au lundi 11 juin 2012
Mercredi 13 Juin 2012
Lu 370 fois
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 01/11/2016 | 1193 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 20/10/2016 | 1798 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/09/2016 | 2162 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 05/09/2016 | 1402 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 02/09/2016 | 646 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 20



ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - À la CPI, les témoins de l’accusation sont entre fuite et aveux. À... https://t.co/GifHUKjoCa https://t.co/a7gsbMoTqI
Vendredi 9 Décembre - 16:15
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - RHDP Législatives à Gagnoa/ Guikahué a peur : Mme Bédié et Charles Diby... https://t.co/9B4MSmY1Xa https://t.co/xz40At6bIv
Vendredi 9 Décembre - 11:46
ladepechedabidjan : À quelques jours des législatives/ De nouveaux éléments sur la maladie de Soro, le chef... https://t.co/j4ylBWKlJv https://t.co/8UXegCvmJX
Vendredi 9 Décembre - 11:15
ladepechedabidjan : Procès Simone Gbagbo : l’audience reportée pour permettre au bâtonnier de "finaliser"... https://t.co/6mtoidNETz https://t.co/knqMLIaLBA
Vendredi 9 Décembre - 11:05

Facebook

Partager ce site