Connectez-vous S'inscrire

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

DIDIER BILÉ - "N'OUBLIEZ PAS"

17/04/2017 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan








10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

Côte d'Ivoire : La grande balade des Easy riders africains

La lueur des phares point au loin, avant que ne vrombissent les moteurs des Harley Davidson. Dans les villages africains, tout le monde se retourne: les Elephant's bikers, sorte de Hells Angels à la sauce ivoirienne, sont de sortie.


Des membres des Elephant's bikers, le 15 novembre 2013 à San Pedro, en Côte d'Ivoire.
Des membres des Elephant's bikers, le 15 novembre 2013 à San Pedro, en Côte d'Ivoire.
La scène est surréaliste, le contraste extrême. L'opulence des chromes nord-américains croise le dénuement des campagnes ouest-africaines. Les Harley rencontrent des mobylettes tremblotantes. Sans provoquer le moindre malaise.

Ce week-end de novembre, les bikers ivoiriens font leur grande balade annuelle, reliant cette année Abidjan à San Pedro, le grand port industriel de l'ouest de la Côte d'Ivoire. Tout le long de la route, qui traverse villages, champs d'hévéa et palmeraies, des marcheurs, hommes, femmes ou enfants, s'égosillent, sourient, bondissent parfois au passage des motards.

Une foule compacte s'amasse autour de la trentaine d'engins lors d'un ravitaillement à mi-chemin. De jeunes vendeurs de "sucreries" (sodas) photographient les Harley avec leurs portables fatigués. Les villageois qui vivent parfois sans électricité, conversent avec les motards.

"Ce n'est pas parce qu'on est dans un pays sous-développé qu'on ne peut pas partager ce genre de choses", observe un des bikers, Landry Ouegnin, 34 ans.

"On fait partager un plaisir, un rêve. Les gens s'identifient à ça. Ils voient que c'est accessible. Ce n'est pas qu'à la télé", observe ce chef d'entreprise ivoirien, un des responsables de ce club de motards invétérés.

Les Elephant's bikers, un club créé il y a 10 ans pour le centenaire de la marque américaine, sont au total une cinquantaine, plus de la moitié Ivoiriens, le reste expatriés, dont certains naturalisés. Ils se retrouvent le week-end pour de courtes virées et une ou deux fois l'an pour un plus long voyage.

Tous arborent les signes distinctifs d'une meute telle qu'on l'imagine aux Etats-Unis: bandanas dans les cheveux, têtes de mort omniprésentes, habits en cuir rehaussés du logo Harley ou de celui de leur club, un éléphant chaussé de santiags juché sur un gros cube.

Un "déguisement" gage d'un "esprit de confrérie", que l'on retrouve dans tous les groupes du genre éparpillés aux quatre coins du globe, souligne leur président Jackie Thelen, un Français devenu Ivoirien. Car la Harley au-delà de la moto, "réunit des gens autour d'une passion".

"Vous verrez facilement un gros patron arriver avec des jeans troués, des ceinturons, des têtes de mort, alors qu'il représente une société très cotée. C'est ça le paradoxe chez Harley Davidson", explique le chef d'entreprise de 52 ans, qui arbore un anneau à l'oreille gauche.

En Côte d'Ivoire, les bikers sont tout sauf des bad boys. Frais de transport et d'importation depuis l'Europe ou les Etats-Unis obligent, la plus petite monture a coûté 4 millions de francs CFA (plus de 6.000 euros) à son propriétaire, la plus onéreuse 25 (38.000 euros).

Des sommes bien éloignées du quotidien des Ivoiriens, dont la moitié vivent en-dessous du seuil de pauvreté. Le salaire moyen mensuel est passé récemment à 60.000 francs CFA, soit 91 euros.

Pour tenter de combler ce fossé, les bikers aident parfois les habitants qu'ils rencontrent par des dons aux villages, à des écoles, des dispensaires.

Si certains membres, plus désargentés, ont "monté leur bécane eux-mêmes", selon Landry Ouegnin, la plupart sont aisés. Et quelques uns très riches.

Un fils de l'ancien président de la République Henri Konan Bédié fait partie de la virée. Un conseiller ministériel est membre du groupe. Sécurité des VIP oblige, un 4x4 transportant des gendarmes suit le cortège et fait au besoin la circulation.

Arrivée à San Pedro, après 400 kilomètres d'un périple à 90 km/h de moyenne, commencé sous la pluie, sur une route asphaltée criblée de nids de poule, la troupe, poussiéreuse, est tout sourire.

"C'était génial!", s'écrie Gérard Lokossou, pour sa première sortie avec les Elephant's bikers, qu'il n'a pas encore rejoint.

Ce directeur commercial de 41 ans se rend chaque année aux Etats-Unis pour rouler avec un groupe de passionnés du genre dans le New Jersey. Il a retrouvé en Côte d'Ivoire le même "plaisir" de rouler que là-bas.

"Ca m'a permis de découvrir une partie du pays que je n'avais pas vue sous cet angle-là", se réjouit-il. Derrière lui, le personnel de l'hôtel où réside la bande filme leur arrivée, les yeux écarquillés.

AFP
Mardi 26 Novembre 2013
Lu 470 fois
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Économie | Afrique - Monde | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 25/08/2017 | 1762 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 25/06/2017 | 1704 vues
11111  (1 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 19/06/2017 | 743 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire



ladepechedabidjan : Kémi Séba: "ÇA FAIT UN AN QU'ON EN PARLE AVEC DES AVOCATS (...) EN NOUS ATTAQUANT À CE... https://t.co/PBwqt0jkdp https://t.co/GCfOdcj1UM
Samedi 26 Août - 22:27
ladepechedabidjan : Arrestation de Kémi Séba : Ndéye Nogaye Babel Sow assène ses vérités: Dans un entretien... https://t.co/ZICXDPubrW https://t.co/l4V2IjOYJq
Samedi 26 Août - 21:28
ladepechedabidjan : Franc CFA : quand Le Monde tire à vue sur Kémi Séba: À travers la plume de l’un de ses... https://t.co/hXJ1UNw2Hk https://t.co/Ag3qtCayxK
Samedi 26 Août - 18:27
ladepechedabidjan : Par-delà l’arrestation de Kémi Séba : Le revers de la pièce de théâtre autour du FCFA:... https://t.co/3vRUfGEgpb https://t.co/69n19RLcxw
Samedi 26 Août - 18:27

Facebook

Partager ce site