Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan





Musique: Kôrô Ouatt dans le coma

22/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Deuil / Jean-Marc Guirandou inhumé hier

15/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan



10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

Côte d'Ivoire - Colonel-major Henri-César Sama : "La fracture sociale est très grande."

Ancien ministre de la Communication et ex-porte-parole de la junte militaire (1999 à 2000) de feu le Général robert Guéi, le Colonel-major Henri- César Sama Damalan a été nommé à des postes importants pendant 10 ans sous la présidence de Laurent Gbagbo.
Il vit sa retraite à Fresco depuis décembre 2013. A bâtons rompus, Henri-César Sama se prononce sur des sujets d’intérêt national.


Côte d'Ivoire - Colonel-major Henri-César Sama : "La fracture sociale est très grande."
Notre voie : Trois ans après la prise du pouvoir par Alassane Dramane Ouattara dans les conditions que l’on sait, pensez-vous que la réconciliation nationale est véritablement sur les rails ?

Henri-César Sama : Nous avons besoin de nous parler. La fracture sociale est très grande. Cela se constate dans les familles, les villages, les villes. Il est important d’éviter les extrémismes et surtout d’éviter d’élargir le fossé de cette fracture sociale. Il faut que les ivoiriens se parlent sans animosité, sans extrémisme.

La Cdvr a-t-elle été à la hauteur des attentes des Ivoiriens ? A savoir réconcilier tous les fils et les filles de ce pays ?

Je ne connais pas les objectifs assignés à la Cdvr. Je ne connais pas son cahier des charges. -Mais, je constate sur le terrain que les choses ne semblent pas bouger. La fracture sociale est toujours visible.

Selon vous, pourquoi ?


Cette commission est-elle prête à aller chercher les causes profondes de la crise ivoirienne ? Je comprends pourquoi le Fpi parle d’Etats généraux de la république. Il faut remonter jusqu’en 1999, peut-être au-delà. Il faut voir tous les maux qui minent la côte d’ivoire depuis un certain temps. Pourquoi y a-t-il eu un soulèvement dans l’armée en 1990 ? Pourquoi y at-il eu le problème des Zinzins et Bahinfoué, l’ivoirité ? Toutes ces questions doivent être passées au peigne fin. Tant qu’on ne diagnostique pas le mal, il sera difficile d’apporter des remèdes à cette fracture sociale. Le rôle de la Cdvr, c’est de chercher les raisons profondes de cette fracture sociale. On a l’impression qu’elle surfe sur ses missions. Peut-être que le mode de désignation des personnes qui constitue cette commission pose problème ! Charles Konan Banny est un homme politique. Il joue sa carrière politique. Peut-être que la société civile est mieux indiquée pour mener une telle opération. Il y a des réflexions à mener. Dans beaucoup de pays, des réflexions ont été menées, des missions ont été confiées à des religieux. L’on peut penser que certains religieux jettent un discrédit sur leur religion par leur propre comportement. Ils sèment le doute dans l’esprit des uns et des autres. Dans une telle situation, la société civile devrait être la mieux indiquée pour mener une telle opération.

Récemment, le ministre de l’intérieur, Hamed Bakayoko, a déclaré que la recomposition de la Commission électorale indépendante (CEI) demandée par l’opposition et la société civile n’est pas à négocier…

Nous gagnerons à mettre balle à terre. Ce sont les compositions des commissions électorales qui ont souvent posé problème. Si une commission électorale est vraiment indépendante, il ne devrait pas y avoir de discussions, de débats. Si les élections sont contestées, c’est qu’il y a problème ! Il vaut mieux résoudre le contentieux maintenant au lieu de le résoudre plus tard en pleine crise.

Pensez-vous que la réconciliation peut se faire sans les exilés politiques, les prisonniers politiques ?

Humainement, c’est difficile de voir des frères en exil ou en prison. Je connais l’exil. Je sais ce que cela coûte. Il est souhaitable que des mesures soient prises par le gouvernement afin de permettre aux uns et aux autres de rentrer dans leur pays. Il faut que tous les ivoiriens se parlent pour trouver un remède au mal qui ronge notre pays. Aucun ivoirien ne doit être emprisonné ou en exil pour ses convictions politiques.

Voyez-vous Laurent Gbagbo, détenu à La Haye, comme un catalyseur de la réconciliation nationale, s’il recouvre la liberté ?

Au regard des dernières échéances électorales, même si nous tenons compte des résultats dit certifiés par l’ONU, les voix qui ont été attribuées à Laurent Gbagbo sont énormes. Cela veut dire que Laurent Gbagbo compte énormément dans le paysage politique ivoirien. sociologiquement, sentimentalement, politiquement, c’est un personnage qui compte dans le processus de réconciliation nationale. Et sa présence en Côte d’Ivoire devrait booster le processus de réconciliation nationale. Les marches et débats organisés pour lui dans le monde entier, ces milliers d’ivoiriens se réclamant de lui, tout cela ne doit pas être ignoré. Sa libération ne pourra que décrisper l’atmosphère.Je ne pense pas que Laurent Gbagbo constituera un danger s’il est libéré, mais plutôt un catalyseur de la réconciliation nationale.

Pour vous, la question du débat sur le vainqueur de l’élection présidentielle de 2010 doit être close ou doit être relancée pour rétablir la vérité historique afin d’aller à la réconciliation ?

Je ne juge pas. Je ne suis pas celui-là qui était à la CEI ou au conseil constitutionnel. De par ma position, je constate qu’aujourd’hui, il y a un président qui dirige la côte d’ivoire. Nous continuons avec lui. Je suis un légaliste. Je respecte la constitution. Mais j’ai été un peu choqué qu’un président d’un conseil constitutionnel dise et se dédise à la fois.

Comment jugez-vous aujourd’hui l’armée ivoirienne ?

Une armée respectée et respectable, c’est une armée qui ne forme pas ses militaires sur le tas. Mais dans de grandes écoles militaires avec des équipements didactiques de qualité et où les instructeurs sont à la hauteur des tâches qui leurs ont été confiées. La théorie seule ne suffit pas. La côte d’ivoire a des officiers qui ont été bien formés dans de grandes écoles militaires et qui sont capables de redorer le blason de l’armée ivoirienne. Il faut leur faire confiance. Cela ne sert à rien de former 2000, 3000 gendarmes, 5000 policiers et les mettre dans la rue, alors qu’ils n’ont aucun pistolet, aucune radio, aucun moyen de lutte contre l’insécurité. Ce n’est pas avec une matraque que la police et la gendarmerie vont assurer la sécurité des biens et des personnes. Autant les transformer en vigiles. Malheureusement, la côte d’ivoire n’a pas son destin en main. L’embargo nous a été imposé par l’ONU. (L’embargo a été partiellement levé par l’ONU récemment, ndlr).

Ces dozos et ces Frci sans matricule qui font la pluie et le beau temps sur les routes, dans les villages, et qui se considèrent soit comme des forces parallèles pro-Ouattara soit comme des soldats de l’armée, représentent-ils une sérieuse menace ?

Les dozos n’ont rien à faire dans la vie politique ivoirienne ou dans la sécurisation des biens et des personnes. C’est un devoir régalien de l’état de sécuriser les populations et leurs biens. Ce n’est pas aux chasseurs traditionnels de le faire même si on leur confère une certaine puissance mystique d’assurer. L’Etat dispose de personnes pour assurer la sécurité. La sécurité aux frontières c’est l’armée, à l’intérieur, c’est la police et la gendarmerie.

Ce régime peut-il se débarrasser d’eux quand on sait qu’ils ont aidé Ouattara à prendre le pouvoir par les armes ?

C’est difficile. Il faut éviter que le boucher ne soit blessé par son propre couteau. Il faut que les forces dites impartiales, l’ONU, la CEDEAO, l’union africaine viennent prêter main forte à ce régime pour régler ce problème. La solution passe nécessairement par le désarmement. Leur présence sur nos routes et dans les villages est un danger qui plane sur la tête des uns et des autres.

Pourquoi Alassane Ouattara n’arrive-t-il pas à mettre de l’ordre dans son armée ?

La résolution de ce problème ne devrait pas être politique. Il y a des enjeux économiques et sociaux. Est-ce que l’intégration de tous ces miliciens, tous ces ex-combattants, tous ces dozos au sein de l’armée ne grèverait-il pas le budget de l’Etat ? Vous n’ignorez pas que nous sommes dans une période de récession économique où les sous de l’Etat sont comptés. Il y a un problème budgétaire qui va se poser. Deuxièmement, il y a un problème social. Que deviennent-ils, ces gens-là à qui on a demandé de venir prêter main forte à une rébellion armée ou au pouvoir qui est en place ? Ils savent manipuler les armes. Si leur problème n’est pas résolu, cela constitue un danger pour ce pouvoir-là. Il faut l’implication de l’ONU comme cela s’est fait dans d’autres pays.

Il faut donc, selon vous, désarmer toutes ces forces parallèles qui constituent autant un danger pour le pouvoir que pour les populations ?

Il n’y a pas d’autres solutions que de les désarmer. Force doit être à la loi. Ceux qui doivent tenir des armes sont des personnes désignées par la loi pour les tenir. Ce sont les gendarmes, les policiers et les militaires au regard des textes qui régissent notre pays.

Pour beaucoup d’Ivoiriens, votre nom rappelle le coup d’Etat de 1999. Selon vous, faut-il rapidement fermer cette parenthèse ou bien vous êtes de ceux qui estiment que ce coup d’Etat était nécessaire ?

C’est vrai qu’il y a eu des dérapages. Il y a eu des soubresauts par ci par là avec la brigade rouge. Nous avons pêché à l’élection présidentielle. Nous n’avons pas pu maitriser cette élection. Le CNSP était traversé par plusieurs courants. RDR, FPI, PDCI. Le PDCI a voulu récupérer le Général Robert Guéi. Il y avait aussi des courants tribaux. Le Général Robert Guéi n’avait pas véritablement pris la mesure de la mission qui était la sienne. 10 mois, cela ne suffisait pas pour arriver à abattre tout le travail nécessaire dans un pays au bord de l’effondrement. Mais tout n’a pas été négatif. Le Gal Robert Guéi a donné à la côte d’ivoire, une constitution. Nous avons payé la dette ivoirienne qui était de 18 milliards FCFA à l’union européenne…Je n’ai aucun regret. Si cette expérience m’était encore donnée, je n’hésiterais pas à la refaire.

Quel temps aurait-il fallu à la junte militaire pour remettre la Côte d’Ivoire sur les rails ?

Il aurait fallu le temps qu’il aurait fallu pour aller à la reconstruction d’un Etat fort. Parce que depuis 1995, l’Etat n’existait plus.

De nombreuses langues continuent de croire que le Comité national de salut public (CNPS) n’avait pas les mains libres parce que vous auriez été installés provisoirement par Alassane Ouattara….

Chacun a son appréciation. Des gens ont vu dans les propos du dernier discours du président Bédié en 1999, une attaque virulente contre l’opposition. Notamment, contre le président Alassane Ouattara. Pour eux, le coup d’Etat ne pouvait être que l’œuvre du président Ouattara. Qui, non plus, n’a pas aidé la population à se départir de cette idée, lorsqu’il a qualifié ce coup d’Etat de révolution des œillets.

La mort du Général Robert Guéi, chef de l’ex-junte, demeure toujours un mystère…

Il m’est difficile d’en parler. Je n’étais pas en Côte d’Ivoire au moment où ce triste évènement s’est produit. J’ai appris sa mort sur Rfi. Je l’ai appris en même temps que tous les Ivoiriens. Le 19 septembre 2002, j’étais à l’aéroport de Moscou en partance pour Paris. Les circonstances de sa mort me sont inconnues. Je pense que la justice ivoirienne est assez outillée pour mener des investigations et apporter un éclairage sur sa mort. C’est un dossier que je ne maitrise pas.

Après la défaite du Général Robert Guéi à la présidentielle de 2000, avez-vous été surpris des crises armées de 2002 et de 2010 ?

C’était prévisible. Le CNSP n’avait pas résolu tous les problèmes. Sous la pression de la communauté internationale, on est allé aux élections. Il y a eu des tentatives de réconciliation par le forum national de la réconciliation initié par le président Laurent Gbagbo. Mais les plaies étaient béantes. Les gens n’avaient pas banni en eux l’esprit de revanche et de suffisance dans leur propos.

Pouvait-on éviter par exemple la crise de 2010 ?

Oui, s’il y avait eu le désarmement. On ne fait pas des élections pour l’extérieur mais pour nous-mêmes. Nous avons cédé à la pression de la communauté internationale. Nous savions très bien que ces élections étaient porteuses de conflit. Tant que le pays était divisé, on ne pouvait pas aller aux élections. Il y avait un semblant de dialogue. La réalité, c’est que le pays était divisé.

Comment avez-vous vécu la crise post-électorale de 2010 ?

J’ai connu l’exil. Je suis rentré d’exil le 5 avril 2011 et j’ai réintégré l’armée. Mes maisons ont été pillées, mon compte gelé. Mes enfants ont aussi connu l’exil et ont perdu leurs emplois. Il y a quelques jours, mes maisons occupées par les FRCI ont été libérées, mon compte dégelé. Ce sont les conséquences d’un choix. Si c’était à recommencer, je n’hésiterais pas. Je les assume sans esprit de revanche. Jusqu’au 31 décembre 2013, j’étais un militaire. Je ne faisais qu’obéir aux ordres. Le rôle d’un militaire, c’est d’obéir aux ordres et non de décider ce qu’il doit faire ou non. Depuis le 31 décembre 2013, je suis à la retraite.

Avez-vous été contraint à aller à la retraite ?

Non ! Pas du tout ! Je suis entré à la marine, le 1er septembre 1979. Cela fait plus de 34 ans de service. Il faut laisser la place aux plus jeunes. Les hautes fonctions que j’ai occupées sous le CNSP et sous Laurent Gbagbo m’ont éloigné de mes enfants et petits-enfants. Il est temps que je me consacre à ma famille. Ce n’est pas parce que je suis contre tel ou tel individu ou un régime.
Certains de vos frères d’armes en exil n’ont pas apprécié votre retour d’exil. Ils ont évoqué une trahison…
Il y a eu d’abord ma volonté personnelle de rentrer au pays et celle du régime qui a dépêché une mission au Ghana pour discuter pendant trois jours avec les militaires. Nous étions un certain nombre qui avions décidé de rentrer au pays. Ce n’est pas une trahison.

Le retraité Colonel-major César Sama milite-t-il au sein d’un parti politique ?

Je n’ai pas de carte de militant d’un parti politique. Je ne compte pas en prendre. Mais je suis fondamentalement de gauche.

Vous vivez votre retraite à Fresco, votre village. La politique, c’est terminé ?


Pendant 10 ans, ça a été difficile d’avoir un temps à moi, un temps à consacrer à ma famille. Je suis fatigué, je veux me reposer. Je n’ai aucune envie d’être membre du conseil municipal de Fresco ou membre du conseil régional du Gboklè ou nommé à un autre poste que ce soit. Cependant, j’ai de bons rapports avec les fils et filles de Fresco, les cadres de la région dont le ministre Alain Lobognon et le président du conseil régional, Philippe Légré. En tant que membre de la mutuelle de développement de Fresco, j’apporte ma contribution au développement de mon village.

Interview réalisée à Fresco par Charles BÉDÉ
In Notre Voie
Lundi 28 Juillet 2014
Lu 564 fois
La Dépêche d'Abidjan



Interviews
Notez

Nouveau commentaire :

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."




ladepechedabidjan : ENTRETIEN AVEC FRANÇOIS MBUKU KASA (OPPOSANT CONGOLAIS EN EXIL) https://t.co/etQ47E03kZ https://t.co/8swaDSKzUL
Vendredi 2 Décembre - 17:30
ladepechedabidjan : En Gambie, défaite historique du président autocrate Yahya Jammeh: Après une nuit très... https://t.co/pgy3gVLoGJ https://t.co/a1DLDRlz8t
Vendredi 2 Décembre - 17:10
ladepechedabidjan : Mort d’Ousmane Sow, le sculpteur de l’esprit et de la matière: Le sculpteur Ousmane Sow,... https://t.co/C00anW6gBO https://t.co/Rj0opm6qdw
Vendredi 2 Décembre - 16:25
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - Sommée à comparaître, Simone Gbagbo répond à la Cour : Comment... https://t.co/kYZX36vrab https://t.co/x73rKqJU2M
Vendredi 2 Décembre - 10:02

Facebook

Partager ce site