Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

BLOCO - COUPER, DÉCALER

03/11/2017 - La Dépêche d'Abidjan

BLOCO - ON VA OÙ ?

20/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOIRÉE CARITATIVE AU PROFIT DES ORPHELINATS D'AFRIQUE

03/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

LOGOBI STYLE - "ICI, C'EST ABIDJAN"

22/09/2017 - La Dépêche d'Abidjan

YODÉ ET SIRO - ASEC - KOTOKO

22/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 2

11/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 1

10/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

AU CONCERT DE SOUM-BILL, LE 05 AOÛT 2017, À PARIS

09/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

MAGA DINDIN - A CAPPELLA

30/06/2017 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ - "N'OUBLIEZ PAS"

17/04/2017 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan








L’ORIGINE DE LA FÊTE DE NOËL (PAR CHEIKH ANTA DIOP)

29/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Côte d'Ivoire Blé Goudé, grève, Mali: que du flou !

Trois sujets au menu de notre revue de presse de ce lundi 21 janvier 2013. Ce sont l’affaire Blé Goudé, la grève à la fonction publique et la crise au Mali. Bienvenue sur linfodrome.com et bonne lecture.


Au Mali, rien n'est encore totalement réglé...
Au Mali, rien n'est encore totalement réglé...
Suspicion autour de l’affaire Blé Goudé

Notre Voie relève que « trop de zones d’ombre » existent dans l’affaire Blé Goudé. Selon lui, si le pouvoir n’a pas diffusé à la télévision les images de Blé Goudé arrêté, comme ce fut le cas pour Lida Kouassi, ce n’est pas parce qu’il craint une révolte de ses proches et des pro-Gbagbo. C’est bien parce qu’il y aurait un arrangement entre eux. Selon lui, le pouvoir entend utiliser Blé dans la réconciliation et faire oublier Gbagbo. Car Touré Zéguen, un des proches de Blé Goudé en exil au Ghana, a fait des révélations et détaillé la prise de Blé Goudé. Dans L’inter qui titre « arrestation de Blé Goudé deal ou réalité », celui-ci affirme à l’analyse des faits, que c’est Blé Goudé qui a volontairement accepté de rentrer au pays. Tout le temps qu’il était à la BNI, aucun des proches encore ni son avocat n’a pu le voir jusqu’à son extradition. Et s’il n’a pas été présenté à la télévision, c’est parce qu’il est leur complice. Tout a été goupillé par Abidjan. La veille de son arrestation, cet ami dit que Blé Goudé a eu un long entretien téléphonique avec Soro Guillaume. Arrivé à la frontière de la Côte d’Ivoire, son cortège aurait été accueilli par le commandant Wattao, selon des témoignages des réfugiés à Elubo. Sinon, le Ghana se serait opposé s’il percevait un danger de laisser l’ex-ministre e Gbagbo dans les mains de « ses ravisseurs ». Soir Info nous livre que l’avocat ghanéen du leader du COJEP, Me Kwame Akuffo, a dit : « je ne comprends pas comment cela a pu se passer. Je pense que c’est regrettable et cela doit être condamné ». Pendant ce temps le FPI, lui « s’en lave les mains ». Car le président intérimaire du parti, Miaka Oureto, a déclaré vendredi que « ce n’est pas cela qui va nous détourner de notre devoir. C’est un devoir national ».

Grève dans la fonction publique

Les fonctionnaires ont décidé de mettre à exécution leur menace de grève. C’est ce qu’écrit Soir Info à la Une : « la grève maintenue ce matin ». Le président de la Confédération des Syndicats des Fonctionnaires de Côte d’Ivoire, Apollinaire Tapé a expliqué que « c’est un combat pour la survie. C’est pourquoi la grève des 21, 22 et 23 est maintenue. Nous irons jusqu’au bout dans une mobilisation totale et permanente ». Et face aux menaces de leur ministre de tutelle, ils ont répondu : « On s’en fout. C’est mieux de perdre trois jours de salaire et qu’on sourie plus tard, que de rester encore avec le même salaire pendant une dizaine d’années ». Dans Le Nouveau Réveil, Tapé Apollinaire a déclaré que « les menaces du ministre de la fonction publique et de la réforme administrative ne n’ébranlent guère la détermination des fonctionnaires et agents de l’Etat à aller jusqu’au bout de ce combat… ». A côté de cela, Le Temps rapporte que les 390 agents licenciés des structures et programmes de reconstruction, de réinsertion et réhabilitation communautaires réclament leurs droits. Depuis cinq mois, ces derniers disent attendre le paiement de leurs droits. Et si rien n’est fait jusqu’au 22 janvier 2013, ils passeront des nuits entières devant la Banque Mondiale, le Conseil National de Sécurité et l’ADDR, la nouvelle structure en charge de la réinsertion des ex-combattants.

Crise au Mali

« Jusqu’au bout contre le terrorisme », c’est qu’a décidé le sommet des chefs d’Etat de la CEDEAO, lit-on à la Une de Fraternité Matin. En effet, le Président, Alassane Ouattara, président en exercice de l’organisation sous-régionale, a dit à ses pairs et devant Alain Juppé que « le moment est maintenant venu pour la CEDEAO et la Communauté internationale d’assurer la présence et l’opérationnalité de la Mission Internationale de Soutien au Mali (MISMA). Nous ne devrons donc pas faillir à nos engagements ». C’est pourquoi, L’Expression a titré que « Ouattara est pour une coalition contre le terrorisme ». Le chef de l’Etat ivoirien a affirmé que « la défaite inéluctable des narco-terroristes et le recouvrement de l’intégrité du Mali nous offrent l’opportunité unique de poursuivre un processus politique apaisé, respectueux de l’ordre républicain et des termes de la résolution 2085 ». Pour le Patriote, ce sommet extraordinaire en Côte d’Ivoire fait d’Abidjan « la capitale de l’anti-terrorisme ». Il relève que sur les quinze (15) chefs d’Etat de la CEDEAO, treize (13) ont répondu présent au sommet. Ce fut l’occasion pour le ministre français des Affaires Etrangères Alain Juppé de faire des clarifications. « La France est intervenue au Mali pour le respect de la légalité internationale, de l’Afrique et par amitié. Parce que le Mali, avec tout le respect et l’affection qu’on lui porte, est un pays pauvre. Donc la dimension financière totalement absente. Il s’agit de lutter contre le terrorisme et le narco-terrorisme. Si l’armée française n’intervenait pas, le Mali n’existerait plus », a-t-il souligné.

Par César DJEDJE MEL in linfodrom.com
Lundi 21 Janvier 2013
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 25/08/2017 | 2129 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 25/06/2017 | 1921 vues
11111  (1 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 19/06/2017 | 882 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire


OUATTARA ET WADE, DEUX PRÉSIDENTS ATYPIQUES: Alassane Ouattara et Abdoulaye Wade (photo) sont deux chefs d’État aty… https://t.co/TvSUQ5jASe

Facebook

Partager ce site