Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan





Musique: Kôrô Ouatt dans le coma

22/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Deuil / Jean-Marc Guirandou inhumé hier

15/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan



10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

Convention du Fpi - Alphonse Douati (pdt du comité d’organisation): “Notre priorité, c’est la libération de nos camarades”

Le Front populaire ivoirien (Fpi), parti créé par le président Laurent Gbagbo, organise sa Convention ordinaire, le dimanche 29 avril prochain, à l’Hôtel Belle Côte sis à Abidjan-Riviéra. A quelques jours de cet important événement, le président du comité d’ organisation, l’ ex-ministre Alphonse Douati situe les enjeux.


Convention du Fpi - Alphonse Douati (pdt du comité d’organisation): “Notre priorité, c’est la libération de nos camarades”
Notre Voie : A moins d’ une semaine de la Convention ordinaire de votre parti, le Fpi, prévue pour le 29 avril, où en êtes-vous avec les préparatifs ?

Alphonse Douati: Les préparatifs vont bon train et nous sommes pratiquement prêts du point de vue logistique et conceptuel. Evidemment, pour un grand événement de cette nature, on ne peut jamais être prêt à 100%. Mais toutes les Commissions ont déjà fait l’essentiel. Tous les documents sont prêts et ceux sur les discussions de base sont déjà à notre disposition.

N.V. : Vous annoncez 3000 participants à ce rendez-vous. Pensez- vous raisonnablement atteindre ce chiffre compte tenu de la situation de crise que connaît le pays et qui frappe durement le Fpi?

A.D. : Les 3000 participants sont des membres statutaires au regard de nos textes. Le Fpi est un parti bien structuré et nous avons foi en la capacité de mobilisation des mili- tants. par ailleurs, le quorum n’est pas une disposition statutaire pour la Convention. C’est plutôt le Congrès qui nous fait obligation d’un quorum. Mais le président par intérim du parti nous a fixé comme objectif un taux de participation supérieur à 60%. Je peux assurer que nous sommes bien partis pour l’atteindre.

N.V.: Le Fpi est prêt pour sa Convention, mais la grande inquiétude des militants semble être la sécurité, surtout que les meetings du Fpi ont toujours été réprimés. Est-ce que vous avez, cette fois-ci, l’assurance de tenir la Convention dans un environnement sécurisé?

A. D. : Notre rôle est de mettre en place un dispositif de sécurité pour la réunion. Mais on ne peut pas préjuger de ce qui peut arriver. Dans tous les cas, nous avons pris les dispositions adéquates pour la sécurité des lieux et des participants. Je voudrais, par ailleurs, indiquer qu’il revient au pouvoir de proteger tout citoyen et toute réunion publique qui s’inscrit dans un cadre républicain.
C’ est le cas de la Convention d’un parti politique régulièrement reconnu par l’ Etat de Côte d’ Ivoire. Pour ces raisons, il n’ appartient même plus au parti politique qui a son activité d’ assurer la sécurité de ses militants. C’est au gouvernement de le faire. Donc nous avons saisi les autorités qui gèrent ce pays pour que la Convention se déroule dans un environnement paisible. Comme dans notre pays nous avons des forces d’appoint qui sont les forces onusiennes, nous les avons également contactées. Et nous pensons que les dispositions humaines sont prises pour que tout se passe dans le calme.

N.V. : Les assises de la Convention se déroulent en une journée. Pensez- vous que le temps soit suffisant pour débattre à fond de toutes les questions inscrites?

A.D.: Les questions inscrites seront abordables en une journée. Et nous venons de vous dire que le temps ne sera pas largement consacré à l’aspect fête pour permettre aux débats de se dérouler en une journée. Mais le plus fondamental à retenir est que nous avons opté pour une méthode d’ approche qui institue le débat à la base. Les militants mènent actuellement les débats à la base et les fruits nous seront livrés à la Convention. Une fois à la Convention, on passera le temps à débattre des points sur lesquels il y a eu des divergences à la base pour éviter de s’attarder sur les points d’ accord.

N. V. : Quelles sont les procédures à suivre par les délégués pour être autorisés aux assises ?

A.D : Les délégués qui arrivent feront leur enregistrement, le vendredi 27 avril, au siège du Fpi qui se trouve à l’ ex-QG de campagne du président Gbagbo situé à Attoban. Ces enregistrements se poursuivront le samedi 28 avril et nous leur indiquerons le lieu des travaux. Mais pour aider les délégués, nous avons mis en place des relais importants qui sont les secrétaires nationaux chargés des régions qui sont la courroie de transmission entre la direction du parti et les bases. Il y a aussi le comité d’ organisation dirigé par le député de Nassian, le camarade Kouakou Kra qui a mis en place un certain nombre de relais pour orienter les délégués. En plus de ces relais, les coordinations Fpi animées par des cadres outillés sont des interlocuteurs privilégiés pour encadrer et appuyer les délégués qui viendront à la Convention.

N.V. : Vous attendez les délégués des structures du Fpi venant de toutes les régions de la Côte d’Ivoire. Le Fpi est-il encore vivant dans le nord du pays ?

A.D. : C’est vrai que le Fpi et toute la Côte d’ Ivoire ont été éprouvés par cette crise. Mais le parti n’est pas mort. Le Fpi vit car nous avons mis en place, le 23 juillet 2011, une direction intérimaire. Et justement le moment est venu pour cette direction de faire l’état des lieux des structures à cette Convention. Dans cette réorganisation du parti, il y a des camarades qui sont chargés des fédérations. Et ils feront le point de la situation. Vous citez le nord, mais il y a des fédérations de l’ ouest, à la frontière du Liberia, qui ont des difficultés. Et c’ est là, l’ un des points fondamentaux de la Convention. C’est- à-dire voir comment rebâtir le parti dans lequel les Ivoiriens placent leur espoir.

N.V. : Au moment où vous tenez cette Convention, le Président Laurent Gbagbo est détenu à La Haye, beaucoup de vos camarades sont en exil et certains sont emprisonnés par le pouvoir en place. Dans quel état d’esprit allez- vous à ces assises?


A.D : Le contexte dans lequel nous tenons cette Convention est justement celui que vous décrivez. Le fondateur de notre parti est à La Haye, le président du parti et les vice- présidents sont soit emprisonnés, soit en exil. La direction intérimaire a fait un certain nombre d’ activités. Des militants à la base s’interrogent. Nous allons leur rendre compte. Notre première priorité est d’obtenir la libération de nos camarades incarcérés. Un parti dont le président est incarcéré doit lutter pour obtenir sa libération. Et faire en sorte que nos cadres en exil rentrent dans des conditions apaisées. Nous avons fait des démarches et mené des activités, mais nos camarades sont toujours en prison. Donc nous allons à la réflexion pour avancer dans la lutte.

N. V. : En établissant une telle priorité, n’avez- vous pas peur que le pouvoir vous accuse de préparer un coup d’ Etat?

A. D. : Nous ne pouvons pas présager des interprétations de ce pouvoir. Mais ce que nous savons de notre parti et de sa ligne doctrinale, c’est que nous ne nous inscrivons jamais dans un processus de coup d’Etat ni de rébellion armée. Nous avons attendu notre temps pour prendre le pouvoir d’Etat dans les urnes et nous contestons la manière dont nous avons perdu ce pouvoir. Mais, ce n’ est pas pour un coup d’Etat que nous allons à la Convention. Le Fpi est un parti de gouvernement qui a fait ses preuves et qui continue de se battre pour reprendre le pouvoir. Nous ne le reprendrons pas par un coup d’ Etat. En interne, nous tenons à rassurer nos militants que la Convention ne vise pas à mettre à l’écart nos camarades qui sont en prison. Si Affi N’Guessan est en prison, aujourd’hui, c’ est pour ses idées politiques. Toute personne qui essayera de profiter de la situation malheureuse qu’ il traverse, le payera tôt ou tard.

Interview réalisée par Benjamin Kore in Notre Voie
Mardi 24 Avril 2012
Lu 628 fois
La Dépêche d'Abidjan



Interviews
Notez


1.Posté par emmanuel OBASANJO le 24/04/2012 11:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci Mr le ministre pr 7 phrase : '' En interne, nous tenons à rassurer nos militants que la Convention ne vise pas à mettre à l’écart nos camarades qui sont en prison. Si Affi N’Guessan est en prison, aujourd’hui, c’ est pour ses idées politiques. Toute personne qui essayera de profiter de la situation malheureuse qu’ il traverse, le payera tôt ou tard.'' x ck j voulai entendr pckil se di tro choz actu, jespr kil en sera ixi.
le FPI vivra!!!!

Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."




ladepechedabidjan : PROMOTION DU SINGLE BOUGER-BOUGER : UNE JOURNÉE À PARIS AVEC MAGIC SYSTEM ET MOKOBÉ https://t.co/iGIDaFh6r5 https://t.co/AGjQ4Oy0xf
Samedi 3 Décembre - 20:35
ladepechedabidjan : Législatives en Côte d’Ivoire : une partie du FPI ne présentera pas de candidat: En Côte... https://t.co/dCD0pf59ZS https://t.co/cQHVBHDstV
Samedi 3 Décembre - 13:27
ladepechedabidjan : Et si j’avais raison: Avec les élections en Gambie et surtout le système particulier de... https://t.co/dFsYGHVW7c https://t.co/hEKe5Bmf9G
Samedi 3 Décembre - 13:02
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - Les affrontements entre des "syndicats" à Abidjan vendredi ont fait 2... https://t.co/P5a73D8R6x https://t.co/EdxtEhgZ6K
Samedi 3 Décembre - 12:32

Facebook

Partager ce site