Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan





Musique: Kôrô Ouatt dans le coma

22/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Deuil / Jean-Marc Guirandou inhumé hier

15/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan



10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

Conférence mondiale sur le cacao en Côte d’Ivoire: Les dessous d’une foire qui exclut les producteurs


Conférence mondiale sur le cacao en Côte d’Ivoire: Les dessous d’une foire qui exclut les producteurs
Ils sont près de 1200 participants pour une quarantaine de pays à cette première conférence mondiale sur le cacao qui s’est ouverte officiellement le lundi 19 novembre dernier, au palais des congrès de l’hôtel Ivoire. Ce qui choque en premier, c’est le nombre impressionnant d’Occidentaux, plus des deux tiers des participants. Comme si l’événement se déroulait en Occident. Les producteurs, les principaux détenteurs du physique pour lesquels cette rencontre se tient, ne sont pas représentés. Ou presque par une poignée de participants, juste pour faire de la figuration.
Quel mérite la Côte d’Ivoire a-t-elle d’abriter un si important sommet qui, plus est, est à sa première édition ? Si ce n’est que sous le prétexte d’une réflexion sur la durabilité de l’économie cacaoyère, les industriels du chocolat ont décidé de se retrouver en Côte d’Ivoire pour récupérer concrètement la filière café-cacao post-Gbagbo.
En effet, sous le régime précédent, conformément à sa promesse électorale, Laurent Gbagbo a confié la gestion entière de la filière aux producteurs. Certes, il y a eu des dérapages que le président Gbagbo a lui-même condamnés et qui ont abouti à des poursuites judiciaires. Mais durant la décennie gbagboiste, les paysans ont eux-mêmes reconnu qu’il avaient une plus grande responsabilité. Puisque ce sont eux-mêmes qui fixaient désormais le prix de leur produit. Pendant ce temps, l’industrie du cacao s’inquiétait de ce que les détenteurs du physique étaient en première ligne dans la commercialisation tant intérieure qu’extérieure. Car c’étaient les producteurs qui en imposaient aux exportateurs. Surtout que le président Gbagbo poursuivait les actions de Félix Houphouët-Boigny relativement à la construction d’une usine de cacao en Chine à l’effet d’assurer le broyage des fèves. Il s’agissait de lutter contre le caractère périssable des fèves en broyant 20.000 tonnes de fèves par mois, soit 240.000 tonnes l’an.
Or l’industrie cacaoyère a ses exigences, ses contraintes. Durant la fête de Pâques, au cours des grands événements, sur la table du petit déjeuner, dans la confiserie, il ne doit pas manquer de chocolat. Assurément, la gestion de la filière par les producteurs gênait. Plusieurs missions ont été menées par les multinationales dans le but de faire revenir le président Gbagbo sur sa décision de confier la filière aux paysans. Mais à chaque fois, celui-ci a invité ces émissaires à comprendre que son choix participe de l’amélioration du bien-être des producteurs. Et ça, les multinationales du négoce ne peuvent l’accepter. Il n’est donc pas étonnant que l’industrie du cacao ait manœuvré contre lui en participant au coup d’Etat qui l’a renversé. Le journaliste franco-canadien Guy André Kieffer, avait déjà vendu la mèche en octobre 2007. Ses confidences faisaient état de financement d’activités rebelles à partir du Burkina Faso, à hauteur de 30 milliards FCFA par une multinationale du cacao. Ce qui n’a pas dû plaire à certains.
Quant à Alassane Ouattara, c’est un libéral qui a opté pour le tout privé. Dès sa prise de fonction, il enlève la gestion de la filière aux paysans pour se l’approprier et la remettre ensuite aux multinationales. La réforme en est la parfaite illustration, elle qui a été élaborée sans les producteurs. Du coup, 40% de la production mondiale sont contrôlés par les exportateurs. La rencontre d’Abidjan se présente donc comme une marque de gratitude à l’égard de celui qui enrichit davantage les multinationales. Mais avec ce message : «On va s’investir dans le cacao ivoirien, mais gare à toi si tu nous trahis».
Seulement, même entre amis, des divergences peuvent survenir.

Lutte contre le travail des enfants : la grande comédie

Et quelques participants, en privé, n’ont pas manqué de tancer Alassane Ouattara à propos de son soutien constant et ferme à Armajaro, le groupe de la famille. Ils reprochent à la représentation Afrique du groupe anglais Amajaro, de vouloir s’attaquer à leurs intérêts. Mais Armajaro peut dormir tranquille, elle qui est montée en première ligne dans la déstabilisation du régime Gbagbo. «Ces opérations de déstabilisation visent à étrangler la sortie du cacao ivoirien, provoquer ainsi une remontée du cours mondial du cacao et permettre à Armajaro de vendre cher son stock de cacao détenu aux USA. Le but de cette manœuvre d’Armajaro était d’éviter une lourde perte et engranger des bénéfices importants (400 à 500 milliards FCFA soit plus de deux fois le budget d’investissement de la Côte d’Ivoire et plus de deux fois les aides annuelles consenties à l’État de Côte d’Ivoire sous les régimes passés). Septembre 2002. La Côte d’Ivoire est réveillée dans son sommeil par un coup d’Etat manqué qui se transforme en rébellion armée. Le pays est coupé en deux et crée alors un contexte qui suspend la mise en œuvre de la réforme. Une bonne partie du cacao est livrée au pillage systématique des rebelles», témoigne l’ex-ministre de l’Equipement et de l’Assainissement de l’ex- gouvernement Aké Ngbo, ex-directeur général du Bnted.
L’autre grande remarque est la déclaration de Mme Dominique Ouattara sur le travail des enfants. On se rappelle qu’une Ong américaine, la World cocoa foundation lui avait décerné une distinction pour «étendre ses liens avec la Côte d’Ivoire et les renforcer dans le domaine du cacao ». Les affaires restent les affaires ! Elle vient de rappeler également que dans son rapport 2012 sur la traite des personnes, le Département d’Etat américain vient de retirer la Côte d’Ivoire de la catégorie sous surveillance pour la classer dans la catégorie des Etats qui fournissent des efforts pour éliminer la traite des personnes. Quels sont ces efforts ? Selon Mme Ouattara elle-même, on note un séminaire de formation de tous les préfets de Côte d’Ivoire, des rencontres avec les Premières dames du Mali et du Burkina Faso, le lancement d’une campagne médiatique nationale de sensibilisation. Voici «les efforts significatifs» qui lui ont valu des satisfécits. Alors que dans sa déclaration, elle a indiqué toutes les limites de son action. «Aujourd’hui, nous ne savons pas exactement combien d’enfants sont concernés par ce fléau. Combien sont-ils ? Où sont-ils utilisés exactement ? Combien viennent-ils des autres pays ? Combien viennent des autres régions de Côte d’Ivoire ? Et combien travaillent avec leurs parents, soit à temps plein, soit après les cours ? Voilà les questions pour lesquelles nous avons besoin de réponses exactes», a-t-elle déclaré. «La place de l`enfant est à l`école et non dans les plantations», a-t-elle soutenu.
Avant d’avoir des réponses à ces questionnements, le terrain nous enseigne que de nombreux enfants subissent au quotidien des pires formes de travail. Il suffit d’observer ces nombreux enfants qui vendent toutes sortes de produits (eau glacée, médicaments périmés, jouets etc.), supportant difficilement le poids des paniers pleins sur leurs frêles épaules, au vu de tout le monde. Il suffit de regarder aux abords de certains édifices religieux ces enfants en train de mendier durement et durablement pour nourrir toute la famille. Il suffit de regarder ces enfants se déchainer sur des clients pour des parties de jambe en l’air, à la grande joie d’impitoyables pédophiles. Il suffit de regarder ces enfants vulcanisateurs, menuisiers, garagistes, manœuvres dans les zones industrielles, coxers dans les gares etc., pour se rendre compte que ce n’est pas seulement dans les plantations que le combat doit être mené. Le mérite sera de réussir au moins cette mission.

J-S Lia in Notre Voie
liasylve@yahoo.fr
Jeudi 22 Novembre 2012
Lu 321 fois
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 01/11/2016 | 1154 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 20/10/2016 | 1736 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/09/2016 | 2142 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 05/09/2016 | 1371 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 02/09/2016 | 624 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 31/08/2016 | 689 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 20



ladepechedabidjan : ENTRETIEN AVEC FRANÇOIS MBUKU KASA (OPPOSANT CONGOLAIS EN EXIL) https://t.co/etQ47E03kZ https://t.co/8swaDSKzUL
Vendredi 2 Décembre - 17:30
ladepechedabidjan : En Gambie, défaite historique du président autocrate Yahya Jammeh: Après une nuit très... https://t.co/pgy3gVLoGJ https://t.co/a1DLDRlz8t
Vendredi 2 Décembre - 17:10
ladepechedabidjan : Mort d’Ousmane Sow, le sculpteur de l’esprit et de la matière: Le sculpteur Ousmane Sow,... https://t.co/C00anW6gBO https://t.co/Rj0opm6qdw
Vendredi 2 Décembre - 16:25
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - Sommée à comparaître, Simone Gbagbo répond à la Cour : Comment... https://t.co/kYZX36vrab https://t.co/x73rKqJU2M
Vendredi 2 Décembre - 10:02

Facebook

Partager ce site