Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan





Musique: Kôrô Ouatt dans le coma

22/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Deuil / Jean-Marc Guirandou inhumé hier

15/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan



10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

Conférence Conjointe de Me Habiba et Martine Kei Vao sur le génocide Wê Aux usa


C’est avec honneur et enthousiasme que les Ivoiriens et Ivoiriennes de la Diaspora Américaine ont accueilli la Dynamique Maître Habiba Touré, Avocate au barreau de Paris, Représentante du collectif des Avocats des victimes du génocide Wê en Côte d’Ivoire, le Samedi 13 Août 2016, à l’Université de Maryland, University Collège, à Collège Park.

A ses côtés, il y avait la battante, madame Martine Kei Vao, Présidente de l’ONG Solidarité Wê, en charge du dossier des victimes du génocide Wê. C’est elle qui a ouvert la Conférence avec présentation d’images et de vidéos sur les atrocités des rebelles de Dramane Ouattara et de Soro Kigbafory Guillaume dans la région Ouest du pays, depuis 2002 jusqu’à la crise postélectorale. Selon la Conférencière: « un des objectifs de la coalition militaro politique sous régionale et internationale qui a porté, par la force, le régime Ouattara au pouvoir en avril 2011 est l’occupation de la région forestière de l’ouest, notamment les régions du Cavally et du Guémon. Cet objectif est en voie d’être largement atteint car la plupart des mercenaires de la sous-région, venus participer à cette guerre d’installation ne sont pas retournés chez eux. Beaucoup d’autres sont venus les rejoindre pour occuper d’autres sites tels que la forêt classée du Mt. Péko ou la population est estimée à 27.000 adultes et 10.000 enfants, composées de 90% de Burkinabés armés, 5% d’allochtones et de 5% de ressortissants de la CEDEAO. Ce processus d’occupation se fait dans une violence inouïe. Tout le monde se rappelle les massacres de Guitrozon, de Petit Duékoué (141 morts en 2005), de Duékoué Carrefour (plus de 800 morts le 29 mars 2011 en une journée), de l’attaque du camp de Nahibly (environ 230 morts le 20 juillet 2012), planifiés et exécutés pour faire fuir de terreur le peuple WÊ en exil afin d’occuper ses terres. Tout le monde se rappelle les villages entiers, campements et enclos sacrés, vandalisés, pillés, détruits pour dissuader les Ivoiriens en exil de retourner chez eux. Pour éviter que justice soit rendue aux victimes, tout est mis en œuvre pour détruire et effacer tous les éléments de preuves des crimes et du génocide du peuple WÊ. De nombreux charniers ont été exhumés et effacés en toute discrétion. Il a fallu une vigilance et une mobilisation particulières des populations de Duékoué pour faire avorter les tentatives récurrentes d’exhumation de la dizaine de charniers de Duékoué Carrefour. Tout témoin crédible des massacres du Cavally et du Guémon est en permanence dans l’œil du cyclone. C’est ainsi que le jeune Gnonsian Saint Joël dit petit Bahi, rescapé et témoin oculaire du massacre de Nahibly du 20 juillet 2012 a été traqué, arrêté et tué dans la nuit du 30 au 31 décembre 2013 par les mercenaires de Dramane et de Soro. »

Au cours de la Conférence, nous apprenons que Madame Mého Antoinette, représentante en Côte d’Ivoire de l’ONG « Solidarité Peuple WÊ » aux USA et en Europe, reconnue comme dépositaire de banque de données sur les crimes et génocide WÊ, collaboratrice de l’avocate du Barreau de Paris Maître Habiba Touré, témoin à décharge pour le Président Laurent Gbagbo à la CPI, vient d’être arrêtée et déférée à la MACA. Madame Mého aurait, selon le gouvernement Ouattara, participé au financement de l’attaque armée de la résidence du Chef d’Etat-major des Frci, le Général Bakayoko, à Séguéla et bien entendu, accusée pour atteinte à la sureté de l’état. Madame Martine est depuis belle lurette engagée pour non seulement faire ressortir la vérité sur les crimes commis lors de la rébellion de 2002 et la crise postélectorale que les organisations des droits de l’homme et la CPI tentent en vain de cacher au monde entier, mais aussi et surtout pour que justice soit rendu aux victimes.

Maitre Habiba pris ensuite la parole pour expliquer les raisons de l’action qu’elle-même depuis que la Côte d’Ivoire a sombré dans la violence et sa proximité avec l’ONG Solidarité Wê, dirigée par Madame Martine Kei Vaho, en mettant un accent particulier sur la violation des droits de l’homme dans le monde. Selon Maitre Habib: « tous les états du monde sans exception violent les droits de l’homme…les droits attachés à la vie tels que: la libre circulation, la liberté d’expression et le droit à la vie. Ces droits pourtant inaliénables sont violés au quotidien. Des personnes simplement soupçonnées qui n’ont pas été condamnées sont gardées en prison. Cette pratique constitue une violation des droits de l’homme. Lorsque l’ONU prend la résolution 1975 pour bombarder un pays souverain, sous prétexte de venir protéger des civils, est une grave entrave au respect des droits de l’homme. Lorsque les cinq membres permanents du conseil de Sécurité décident de manière unilatérale, au nom des autres pays membres de l’ONU, dans le but de faire respecter la démocratie, c’est une contradiction flagrante aux fondamentaux de la démocratie. En démocratie, aucun Etat n’a le droit de dicter quoi que ce soit à un autre Etat. Voilà comment, tous les états du monde sans exception, violent les droits de l’homme…»

Revenant sur la crise Ivoirienne: « les exactions ne sont pas récentes; elles ont débutées en 2002, c’est-à-dire deux ans après que le Président Gbagbo ait pris le pouvoir et elles ont continuées en 2004, 2006 jusqu’en 2012. L’ONU qui était sur le terrain pour selon elle protéger les civiles, ne fera rien par la suite en termes de protection des populations. En 2011, le bureau du Procureur Ocampo mène une enquête et publie le chiffre de 3000 morts pendant la crise postélectorale. C’est au cours de cette enquête d’un mois, que son bureau obtiendra le transfèrement du Président Laurent Gbagbo pour 300 victimes attribués à son camp, donnant ainsi l’impression que les auteurs des 2700 autres victimes qui sont ceux du camp Ouattara, seront eux aussi poursuivis. C’est dans cette attente qu’à la surprise générale, Ouattara crée les frci le 17 Mars 2011 pour promouvoir les auteurs de ces crimes graves en guise de récompense. Les images, les photos et les témoignages des survivants en notre possession, font état d’épisodes atroces. Des enfants ont été massacrés à la machette, des vieux qui n’ont pas pu fuir à cause de leurs conditions, ont été massacrés, de nombreuses femmes ont été victimes de crimes sexuels… et jusque-là, ces criminels n’ont pas été interpellés par le bureau du Procureur. La question que nous nous posons, c’est comment après un mois d’enquête, on a pu procéder au transfèrement du Président Laurent Gbagbo pour 300 victimes, en réalité, 160 morts et des cas de viols et après cinq ans, avec des millions de dollars de budget mis à leur disposition, le bureau du Procureur n’est pas capable de poursuivre des gens qui ont participé au génocide Wê. L’acte de préméditation de ce génocide semble avéré mais pire, cela s’inscrit dans la politique de rattrapage et d’épuration ethnique. Le but était d’éliminer les hommes et molester les femmes pour les empêcher de procréer dans l’avenir. L’attaque du camp de Nahibly le 20 Juillet 2012 s’inscrit dans la même politique de rattrapage annoncé par Dramane Ouattara à Paris au micro d’un journaliste Français.

Face à cette politique de rattrapage et ce support aux responsable du génocide Wê, il est important de tirer l’attention de la CPI pour que justice soit rendu à toutes les victimes. »

Sur ces mots, Maitre Habiba a tenu à interpeller ces frères et sœurs de la Diaspora en ces termes: « vous devez agir pour dire à nos détracteurs que la vie de l’Africain a de la valeur et que la justice est pour tous. Vous ne pouvez pas être ici et ne pas agir sinon cela signifiera que votre vie ne vaut rien. Vous êtes tous des Ambassadeurs de l’Afrique en général et de la Côte d’Ivoire en particulier. Exigez la justice est une façon d’agir. On ne pas tuer juste pour un litre de pétrole ou pour un fauteuil Présidentiel. Nous devons exiger la justice pour chaque Ivoirien qui est tombé. Si rien n’a été fait jusque-alors, il est plus facile de dire que c’est parce que la France est de leur côté ou que la Communauté Internationale est de leur côté qu’ils ont le droit de nous massacrer. Quant à la CPI, on ne peut pas tuer des milliers de personnes pendant des années et faire un tel procès de pacotille pour 300 victimes. Ce que nous faisons, c’est de mettre le bureau du Procureur face à ses responsabilités. Ce procès, au-delà de ce qu’il représente est une insulte pour toutes les victimes. Les Ivoiriens ont été massacrés depuis plus de quatorze ans alors nous devons tous exiger la Justice. Si vous aimer la Côte d’Ivoire, vous ne devez pas permettre l’injustice, l’impunité et tout acte de vengeance demain car tous les Touré, tous les Traoré, tous les Bakayoko ne sont pas des rebelles. Ne laissez pas ce pouvoir prendre en otage une frange de la population Ivoirienne. Vous devez vous battre au nom de la cohésion nationale pour montrer que chaque vie est importante. C’est ce message que j’avais aujourd’hui à partager avec vous. C’est ce que je fais par rapport à la CPI et la Procureure Bensouda n’aura pas d’autres choix que d’aller après tous les auteurs des crimes graves et du génocide qui a eu lieu en Côte d’Ivoire. J’attends de vous de sensibiliser vos proches, vos amis, vos collègues, autour de vous, les Africains, les Américains, les Français, tous ceux que vous pouvez approcher, leur dire ce que nous avons traversé en Côte d’Ivoire et dites-leur que notre vie a de la valeur. Nous vivons dans des sociétés ou l’opinion publique est importante. Nous devons dire à Fatou Bensouda que la vie des Ivoiriens a de la valeur. Vous devez répéter ce message à Madame Bensouda et lui dire qu’elle ne doit pas attendre 2021 pour quitter son poste, mais elle doit poursuivre les criminels du génocide Wê. Ne pas agir voudrait dire nier la justice aux victimes Wê… »

Deux questions ont été posées par l’audience à Maitre Habiba.

La première de Mr. François Zamé: « étant donné que la France est la cause de nos malheurs, pourquoi ne pas boycotter les produits Français en Côte d’Ivoire?

La deuxième du Dr. Claude: « La Procureure Bensouda étant visiblement du côté de nos bourreaux, n’y a-t-il pas quelqu’un ou une entité au-dessus d’elle a qui nous pouvons alors nous adresser pour nous faire entendre?

Les réponses de Maitre Habiba:

« Il faut être aveugle pour ne pas voir la source de nos problèmes mais je ne crois pas au boycott des produits Français. Je crois plutôt à la pression et à la justice. »

Quant à la question concernant la CPI, « il n’y a pas un homme ou un organe au-dessus de la Procureure. Nous devons continuer à agir en mettant la pression car l’opinion publique est une force… »

La Conférence a pris fin sur un mot d’exhortation du doyen Pascal Kokora: « nous devons nous mobiliser pour aider nos deux sœurs à réussir leur combat. Elles font un travail énorme face à cette réalité. Quand le Président Gbagbo était au pouvoir, on ne massacrait pas les Ivoiriens, il n’y avait pas de prisonniers de guerre, d’exilés ni des réfugiés dans leur propre pays. Nous devons faire en sorte pour remettre la Côte d’Ivoire sur la voie de la démocratie… » Le doyen Kokara a ensuite remis à chacune de nos deux sœurs: Maitre Habiba et Martine Kei Vao, un tableau d’appréciation pour le travail colossal qu’elles abattent.

Le parrain de la Conférence, le Pasteur Pierre Aka a tenu à remercier Maitre Habiba et Martine Kei Vao pour le combat que les deux dames mènent. Il a enfin remercie le doyen Kokora Pascal et tous les participants avant de faire une promesse pour assister financièrement cette ONG, afin de permettre aux responsables d’atteindre leurs objectifs. Il a interpellé tous les acteurs politiques au respect de la loi, en appliquant l’équité en matière de justice, autrement dit: « si on ne peut pas respecter ces valeurs, autant faire Grace au tout le monde afin que nous puissions repartir sur de nouvelles bases… »


Daman Laurent Adjehi

Ecrivain/Auteur

Edit en Chef- ivoirenewsinfo.net-USA
Mardi 30 Août 2016
Lu 225 fois
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 01/11/2016 | 1160 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 20/10/2016 | 1741 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/09/2016 | 2144 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 05/09/2016 | 1376 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 02/09/2016 | 626 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 31/08/2016 | 691 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 20



ladepechedabidjan : PROMOTION DU SINGLE BOUGER-BOUGER : UNE JOURNÉE À PARIS AVEC MAGIC SYSTEM ET MOKOBÉ https://t.co/iGIDaFh6r5 https://t.co/AGjQ4Oy0xf
Samedi 3 Décembre - 20:35
ladepechedabidjan : Législatives en Côte d’Ivoire : une partie du FPI ne présentera pas de candidat: En Côte... https://t.co/dCD0pf59ZS https://t.co/cQHVBHDstV
Samedi 3 Décembre - 13:27
ladepechedabidjan : Et si j’avais raison: Avec les élections en Gambie et surtout le système particulier de... https://t.co/dFsYGHVW7c https://t.co/hEKe5Bmf9G
Samedi 3 Décembre - 13:02
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - Les affrontements entre des "syndicats" à Abidjan vendredi ont fait 2... https://t.co/P5a73D8R6x https://t.co/EdxtEhgZ6K
Samedi 3 Décembre - 12:32

Facebook

Partager ce site