Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

BLOCO - COUPER, DÉCALER

03/11/2017 - La Dépêche d'Abidjan

BLOCO - ON VA OÙ ?

20/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOIRÉE CARITATIVE AU PROFIT DES ORPHELINATS D'AFRIQUE

03/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

LOGOBI STYLE - "ICI, C'EST ABIDJAN"

22/09/2017 - La Dépêche d'Abidjan

YODÉ ET SIRO - ASEC - KOTOKO

22/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 2

11/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 1

10/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

AU CONCERT DE SOUM-BILL, LE 05 AOÛT 2017, À PARIS

09/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

MAGA DINDIN - A CAPPELLA

30/06/2017 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ - "N'OUBLIEZ PAS"

17/04/2017 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan








L’ORIGINE DE LA FÊTE DE NOËL (PAR CHEIKH ANTA DIOP)

29/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Comment le rédacteur en chef adjoint du Nouveau Courrier a failli être embarqué par les FRCI… vers une destination inconnue !


Comment le rédacteur en chef adjoint du Nouveau Courrier a failli être embarqué par les FRCI… vers une destination inconnue !
«Ce jeudi 9 août 2012, aux environs de 21 h 10 minutes, je quitte le bureau, direction Yop. J'arrive à Keneya vers 21h 30, où est dressé un barrage des Frci. Contrôle d'identité. Je leur montre ma carte nationale d’identité. Ils me font descendre du taxi. «Y a quoi dans ton sac, tu es quitté où, tu vas où et tu fais quel travail ?», me demande un élément surexcité. Je lui réponds, tout en lui présentant ma carte professionnelle et en leur ouvrant mon sac. «Je suis journaliste. C'est mon sac de travail. Il contient mon ordinateur, mes téléphones».
«Ah bon tu as ordinateur, c'est qu’il y a des secrets dedans. On va t'emmener au camp pour analyser tout ça. Parce que tu dois avoir des trucs dedans. Et d'ailleurs même, pourquoi tu te promènes avec ça, où sont les papiers de l'ordi ? Tu es trop suspect», poursuit-il. Il m'intime l'ordre de m'asseoir à même le sol près d'une dizaine de jeunes qu'ils ont fait descendre des gbaka (minicar) et qu'ils ont arrêté.
«Non monsieur, je ne me mettrai pas là-bas, je veux juste que vous me disiez ce que j'ai fait», dis-je à cet élément un peu «hors d'esprit». Entretemps, je me mets à passer des coups de fil pour informer mes proches et ma rédaction (mon directeur de publication), ainsi que les organisations de de défense des journalistes.
L'élément confisque ma carte professionnelle et s'indigne de ce que je me rende à Niangon, ce qui fait de moi un vrai suspect, selon ses dires. Je m'énerve mais je garde mon calme tout de même.
Vingt minutes s’écoulent et ces éléments refusent de me «libérer». Ils tiennent coûte que coûte à me conduire dans leur «camp», selon eux. Le chauffeur du taxi qui me conduisait et qui est resté à mes côtés commence à les rabrouer en langue «dioula», leur faisant comprendre qu’ils se comportent mal.
Le «chef de poste» se décide à venir vers nous après plus de trente minutes. Le chauffeur de taxi lui relate les faits en dioula. Il se dirige vers son élément qui a mes documents, les récupère et revient vers moi. «Monsieur ? C'est vous non ? Remontez dans le taxi s’il vous plaît», dit-il avant de s'excuser. «Vraiment excusez-nous. Moi je suis un ancien militaire, eux ce sont des petits qui ont intégré le mouvement après la crise ; et donc ils sont un peu euphoriques. Je leur ai toujours dit qu'il y a des manières de demander de l'argent. C'est pas tout on fait avec la force. Vraiment excusez-nous hein. Eux ils ne connaissent pas la force des journalistes ô. Pardonnez encore hein», se confond-il en excuse. Finalement c'est vers 22 h 10 minutes que je reprends mon taxi.
Je viens de réaliser avec quelle facilité des innocents sont injustement arrêtés et conduits dans des camps militaires, pour ensuite être présentés comme des miliciens ou des faiseurs de coups d'Etat».

Frank Toti in Le Nouveau Courrier
Samedi 11 Août 2012
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez


1.Posté par eric saki le 12/08/2012 01:04 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
yako mon frere que dieu soit loue

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 25/08/2017 | 2128 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 25/06/2017 | 1921 vues
11111  (1 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 19/06/2017 | 880 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire


OUATTARA ET WADE, DEUX PRÉSIDENTS ATYPIQUES: Alassane Ouattara et Abdoulaye Wade (photo) sont deux chefs d’État aty… https://t.co/TvSUQ5jASe

Facebook

Partager ce site