Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan








10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

Claudy Siar révèle: "Entre Nastou et moi, c'est le grand amour..."

C'est dans son bureau de Radio France International (RFI) que Claudy Siar, peu avant l'enregistrement de son émission "Couleurs Tropicales'', nous a reçu. Dans un décor fait de CD, photos de Stars afro-antillaises et de lettres d'auditeurs, le célèbre animateur, toujours pressé mais courtois, s'est excusé pour le retard, quant à l'interview qu'il devait nous accorder. En effet, l'animateur-homme de Show-biz avait beaucoup à faire et à dire, et il y est allé avec sa franchise légendaire.


PHOTO :DR
PHOTO :DR
Ce n'est pas facile de vous avoir pour une interview ...
Claudy SIAR: Je ne sais pas, mais nous avons de plus en plus de travail. Tropic FM , la Radio que j'ai créée, est une belle aventure qui grandit, qui sera nationale en hertzien en France. C'est la première radio communautaire de France, en terme d'audience, qui bénéficie maintenant de la publicité nationale. C'est une belle réussite. A côté de cela, j'ai toujours mes autres activités avec RFI : je suis animateur-producteur de l'émission "Couleurs Tropicales'' en quotidienne. J'ai également d'autres opérations culturelles ou de communication. C'est un autre volet de ma vie professionnelle. En télévision, par exemple, je prépare de nouvelles choses, mais en France cette fois. C'est vous dire que je travaille beaucoup. Sinon, j'essaie d'être toujours accessible, mais c'est ce travail qui nous empêche de faire tout ce que nous voudrions faire, rencontrer toutes les personnes que nous souhaitons rencontrer, etc.

Que pensez-vous des Producteurs et Artistes qui trouvent que si vous avez apporté une aide appréciable à la musique africaine à travers RFI, en revanche, ce n'est pas la même chose pour votre radio Tropic FM.

Il faut que chacun comprenne que "Tropic FM" c'est la radio des français d'outre-mer. C'est dire qu'elle est plus axée sur les Antilles (La Guyane, la Réunion…). Et pourtant, l'Afrique a plus de poids dans la diffusion musicale et même concernant les invités, que la Réunion par exemple, qui est un département français. C'est une question de ligne éditoriale. On m'a donné la fréquence pour créer une radio à destination des français d'outre-mer, non pas pour faire "Africa numéro 2''. Sur ''Tropic'', nous recevons tous les artistes du Continent Africain, quel que soit leur domaine. Et si vous écoutez la programmation musicale , vous verrez que nous diffusons la musique africaine. Donc, ceux qui disent cela, ont un regard juste, parce qu'en effet, ce n'est pas une radio africaine. Mais, en même temps, ils se trompent, car il y a très peu de producteurs et d'artistes africains qui, spontanément, viennent à Tropic FM. Et c'est l'une des raisons. Il faut préciser que le monde de la production africaine en France est en déliquescence. Il reste très peu de maisons de disques fiables et il n'y a plus ce travail professionnel que nous avons connu dans les années 80, au début des années 2000. Maintenant, nous assistons à des choses qui ressemblent plus à de la commercialisation, presque de l'épicerie pour certains. Le vrai travail artistique a presque "foutu le camp''.

Vous avez déclaré aussi que la musique ivoirienne va à la dérive.

Ce n'est pas du tout le propos que j'ai tenu. Je n'ai absolument pas parlé de dérive, puisque la création est personnelle et, par conséquent, l'on ne peut pas généraliser. Je voudrais préciser qu'il y avait une qualité aussi bien dans la production que dans la création, que l'on ne retrouve plus aujourd'hui. Mais la Côte d'Ivoire n'est pas seule… Cette qualité artistique est absente dans d'autres pays en Afrique, ainsi qu'aux Antilles. C'est donc une généralité. L'industrie du disque est en crise et le peu de producteurs en activité ne met plus les moyens. Nous sommes donc dans cette regression. Il y a moins de grosses maisons de disques, comme il y en avait, il y a quelques années. Souvenez-vous de ce qu' a été Sono-disc avec Marcel Perse qui en a été l'un des fondateurs et qui nous a quittés, il n'y a pas longtemps. Aujourd'hui, nous sommes face à une situation où il n'y a plus ces structures qui permettent aux artistes de se dire " à Paris , il y a de grosses structures qui nous permettront de commercialiser nos œuvres.'' Apprenons, dans tout ce que nous faisons, à être des professionnels, car c'est souvent là que nous péchons. Les ventes se sont effondrées, c'est une catastrophe et de nombreux artistes se demandent s'ils vont continuer encore à avoir un label de disques ou produire. C'est vous dire que c 'est une réalité afro-francophone

Seriez-vous en train d'attaquer le Couper, Décaler ?

Non, je n'ai pas ce sentiment-là. Ce n'est pas le Coupé Décalé que j'attaque. Nous sommes dans un Coupé Décalé qui tombe parfois dans la facilité et se caricature lui-même. Au début de la crise en Côte d'Ivoire, cette musique a réconforté et donné de l'énergie aux Ivoiriens. Aujourd'hui, nous avons le sentiment que de jeunes DJ ou jeunes artistes n'arrivent que pour remanier ce que les autres ont déjà fait. C'est un problème! Où est la créativité dans ce cas-là ? Ceux qui ont fait le socle, la force de la variété ivoirienne, je suis désolé, on ne les retrouve plus. On ne retrouve plus ces grands créateurs alors qu'il y a des talents. Je connais des jeunes à qui on ne donne pas leur chance alors qu'ils savent composer des chansons. On met malheureusement de côté cette créativité pour faire des choses qui tombent dans la facilité. Je le dis aussi pour le Zouk, parce qu'aujourd'hui, quand nous écoutons le Zouk (la musique qui passait au moment de l'interview), tout se ressemble et pour les quelques artistes qui font des choses différentes, ce sont des cartons, en termes de vente. Mais voilà, tout est dit. Il y a une vraie crise dans l'industrie du disque. Des artistes réagissent comme des producteurs. Ils se disent: "Nous allons faire des trucs pour vendre''. Ce n'est pas ce qu'on demande à un artiste. On lui demande de livrer son cœur, de s'ouvrir, de nous donner le meilleur de lui-même. Après, c'est au professionnel d'offrir la belle œuvre au public tout en espérant toujours que le public sera touché par ses chansons. C'est comme ça que ça marche. Depuis l'avènement de l'industrie du disque de la Pop, il y a encore quelques années, cela fonctionnait bien. Aujourd'hui, c'est un problème.

Votre amour pour l'Afrique ne souffre d'aucune contestation, mais en Afrique, certains vous reprochent d'avoir comme amis les Chefs d'État , la Haute Bourgeoisie et non l'homme de la rue.

Ce n'est pas vrai, c'est une idée reçue. Quand je fais une émission comme ''Couleurs Tropicales'' qui a la notoriété qu'elle a, forcément, je rencontre l'homme de la rue, des gens appartenant au monde des grands patrons, parfois des Chefs d'États. Certains m'aiment, d'autres pas. Au regard du métier que je fais, sans prétention aucune, avec la popularité qui est la mienne, c'est normal que je rencontre tout le monde. Mais, je ne suis pas ami avec des chefs d'État, je ne pars pas en vacances avec eux, je ne réside pas dans leur maison.

Quelle analyse faites-vous de la situation post-électorale en Côte d'Ivoire?

Je suis tellement triste, mais des gens qui n'occupent pas la fonction suprême, ont intérêt à ce que cette situation perdure.

Il a été écrit dans la presse ivoirienne qu'entre Nastou et vous, c'est le grand amour. Vous confirmez ?

(Il est étonné). Les gens ont raison. Entre Nastou et moi, c'est le grand amour parce que, c'est une sœur et entre elle et moi, ce sont plutôt des relations platoniques. Il faut que les gens arrêtent, je n'étais pas du tout au courant. Il ne s'est jamais rien passé entre elle et moi et il ne se passera jamais rien. Elle est jolie, mais je préfère une femme qui a une petite poitrine (Rires).


Africahits
Vendredi 4 Février 2011
Lu 1218 fois
La Dépêche d'Abidjan



Interviews
Notez

Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."




ladepechedabidjan : PROCÈS GBAGBO - BLÉ GOUDÉ : Le témoin s'est vu proposer un soutien financier pour son... https://t.co/WIYtoRshAC https://t.co/vApbyQ71Z0
Mercredi 7 Décembre - 17:56
ladepechedabidjan : À PROPOS DE LA MALADIE DE MARIE LOUISE ASSEU - LES PRÉCISIONS DE SES PROCHES : "IL N'Y A... https://t.co/wi6kteTCK4 https://t.co/sostGDyoaQ
Mercredi 7 Décembre - 15:57
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - Le Bâtonnier entend privilégier ’’ la liberté de choix’’ de la défense... https://t.co/CXomA7ZR2U https://t.co/qulpFE2IhX
Mercredi 7 Décembre - 15:22
ladepechedabidjan : Interview-« Le vrai nom de Kabila est Hippolyte Kalambé, Kagamé construit le Rwanda avec... https://t.co/y4lwo4fcBN https://t.co/LNxAhiOsun
Mercredi 7 Décembre - 11:07

Facebook

Partager ce site