Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan





Musique: Kôrô Ouatt dans le coma

22/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Deuil / Jean-Marc Guirandou inhumé hier

15/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan



10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

Bernard Doza, journaliste-écrivain ivoirien : ‘’Mes vérités sur 6 chefs d’Etat que j’ai coachés’’


Bernard Doza, journaliste-écrivain ivoirien : ‘’Mes vérités sur 6 chefs d’Etat que j’ai coachés’’
Interview de Bernard Doza, journaliste-écrivain – 2ème Partie - 1ère partie ICI

Hollande est venue récemment en Côte-d’Ivoire. Il a demandé au FPI d’aller à la présidentielle, s’il veut exister. Votre opinion ?

C’est trop facile. Le premier secrétaire du parti socialiste français, François Hollande, qui a parlé à l’époque, de Laurent Gbagbo socialiste, d’aimer trop son pays (la Côte d’Ivoire) pour cela, il était infréquentable dans son refus de gérer les intérêts français. Nicolas Sarkozy, au nom de la droite, vient au pouvoir. En 2011, il arrête et déporte Laurent Gbagbo à la Haye pour « crimes contre l’humanité », parce qu’il aime trop son pays. Et en 2014, revient encore Hollande, président français, qui dit à Affi N’Guessan, président du parti de Gbagbo, emprisonné par la France : « Allez aux élections, si vous voulez exister ! », c’est toujours le chorus, des intérêts français, contre la volonté du peuple ivoirien, qui ne nous intéressent plus…

2015, est une année électorale pour bon nombre d’Etats africains surtout de la sous-région ouest-africaine. Avez-vous des appréhensions surtout que des Présidents manœuvrent pour rester au pouvoir ?

La question de l’accès et du départ du pouvoir en Afrique, est un débat qui n’a pas encore été réellement abordé et résolu, par l’élite moderne du Continent. Il faut un modèle africain qui inspire les consciences, en sortant des états généraux de la nation, après la révolution anticoloniale. Car, il faut battre en brèche, la conception du pouvoir à vie, qui a été construite par les colons européens en Afrique, en s’appuyant, sur les pratiques de la chefferie traditionnelle (qui est un suppôt du régime colonial) qui pratiquait le système du pouvoir à vie. Ce système a survécu, aux indépendances, dans le régime du parti unique qui l’a renforcé. Voilà comment, la conception du pouvoir à vie a pris racine dans le mental politique des cadres africains, pendant 30 ans. En juin 1990, l’appel de la Baule, par le président François Mitterrand pour la remise en cause du parti unique et la réinstauration du multipartisme, n’était pas une révolution, pour réécrire les libertés, des peuples africains. Les «conférences nationales » organisées, étaient plutôt une réplique africaine, des états généraux de la révolution française (sans la guillotine), qui venait pour blanchir les dignitaires de l’ancien régime. Donc l’élaboration politique, d’une nouvelle éthique de la gestion du pouvoir africain, qui réduit le mandat, doit provenir d’une nouvelle volonté politique de l’Afrique libre. Parce que la tentation du pouvoir à vie, dont Blaise Compaoré et Paul Biya, sont les exemples, les plus détestables pour la nouvelle génération du continent, vient du manque d’une réflexion indépendante du peuple, qui limite le mandat présidentiel, à, au moins 7 ans renouvelable: 14 ans. Ceci, pour départager la vision de la chefferie traditionnelle, qui prône le pouvoir à vie et celle de l’Afrique moderne, qui parle de l’alternance au pouvoir d’Etat, donc de la limitation du mandat.

Etes-vous, un homme incompris ou un homme du passé et dépassé quand on voit que finalement tous ceux que vous avez « coaché » ont fini par perdre le pouvoir : Gbagbo, Wade, Bozizé, pour ne citer que ceux-là ?

Je ne suis pas un homme incompris encore moins du passé, au contraire. Parce que vous ne citez pas, le président socialiste Abdou Diouf du Sénégal, que j’ai coaché en 1988 et qui a quitté le pouvoir en l’an 2000, en appelant son adversaire Me Abdoulaye WADE au téléphone pour le féliciter, dans sa victoire aux élections présidentielles. Et vous ne citez pas non plus, Ibrahim Boubakar Kéita, que j’ai coaché en 2007 et qui a été plébiscité au Mali, pour les présidentielles, après l’opération Serval. Il faut bien observer : il y a ceux de la droite (Wade, Compaoré, Bozizé) qui ont suivi un chemin inverse de ceux de la gauche (Abdou Diouf, Gbagbo, Ibrahim Boubakar Kéita). Après Laurent Gbagbo, regardons patiemment, ce qui va arriver prochainement à IBK, qui est un nationaliste de gauche, très ombrageux pour la France, dans sa vision du MALI. Mais qui a été choisi à Paris, à défaut d’un homme fort sur le terrain, pour neutraliser le puissant capitaine Sanogo, auteur du coup d’Etat, contre ATT. En ce moment, je travaille à Cotonou (Benin), l’image du Général Robert Gbian, un nationaliste chrétien, qui sera l’homme du pouvoir (dans l’après, Yayi Boni) aux élections de mars 2016.
‘‘La Françafrique, tel que l’agent colonial Félix Houphouët l’a définie en 1956 au congrès de Conakry, c’est un lobby qui puise sa force dans toutes les familles spirituelles de la France, en utilisant des élites africaines initiées spirituellement, à la gestion contre l’Afrique’’

Faut-il désespérer de l’Afrique avec les épidémies (Ebola…), les guerres, la mal gouvernance, la dictature ?

Alors cela veut dire, que j’ai quitté la région parisienne en 2008, pour venir vivre l’exil pénible en AFRIQUE, pour rien ? J’ai sacrifié mon métier de journaliste professionnel parisien, que j’ai acquis de haute lutte à la radio et à la télévision, pendant 20 ans, pour rien ? Non, je crois qu’il faut revenir vivre l’Afrique pauvre dans les quartiers (avec un bagage intellectuel international) en ayant renoncé, à ce qui est le plus cher en soi à Paris, pour mieux comprendre l’Afrique et être un bon témoin, insoupçonnable.
Les épidémies comme Ebola, sont des maladies virales, dont les souches ont été conçues en laboratoires, par des structures parallèles, pour tuer massivement en Afrique noire. C’est ce que, viennent de révéler (pour la première fois en Afrique) des chercheurs scientifiques du Nigéria, qui ont lancé un défi aux chercheurs américains de prouver le contraire, preuves à l’appui…

Qui a intérêt à ce que les Africains, meurent aujourd’hui à grande échelle, par des épidémies et autres calamités ?

Moi, je ne suis pas dans la paranoïa du complot, mais je parle des faits. Tout le monde le sait, aujourd’hui. Le sous-sol du continent africain est très riche en minerais précieux dont l’Occident a besoin pour le futur technologique de sa génération, qui attend organiser le départ vers l’espace, dès la détérioration de la couche d’ozone, par la pollution industrielle. Alors, il cherche par des moyens détournés, pour prendre possession du sous/sol africain à travers le génocide par substitution : d’où l’organisation du planning familial, des guerres, des épidémies et maintenant le mariage pour tous (l’homosexualité), que l’Occident impose à l’Afrique, avec des promesses d’aide au développement. En avril 1988, il y a eu une réunion sécrète à Paris, où étaient présents 5 pays: les Etats unis, l’Allemagne, le Canada, le Royaume unis, la France. L’objet de la réunion était, de réfléchir sur les effets du SIDA, qui à l’horizon 2030, allait dépeupler l’Afrique par une hécatombe humanitaire. On a parlé, à cette occasion, de plus de 30 millions de morts à venir, qui vont laisser un grand espace vide sur le sol africain. Il fallait donc trouver des populations valides, pour un transfert massif, vers le vide africain, que le Sida allait créer, par la mort. On a donc pensé aux indiens (de l’Inde), aux juifs de la diaspora, aux blancs sud-africains. Des peuples, considérés plus travailleurs que les Noirs d’Afrique, pour la mise en valeur prochaine, du continent sinistré. Le compte rendu de cette réunion a été diffusé, par des journaux, dont : Le Monde Diplomatique, l’Express, des informations reprises par Me Abdoulaye Wade, dans son livre : « un destin pour l’Afrique », paru en 1992, aux éditons Karthala à Paris. Donc, je ne suis pas surpris. Je regarde les dirigeants africains, qui savent que le continent est immensément convoité et qui mènent les populations à l’abattoir pour des intérêts de pouvoir. Parce que l’épidémie Ebola, et même le SIDA jouent sur un registre : la Faim, et à défaut d’un vaste programme agricole, pour atteindre l’autosuffisance alimentaire en Afrique, on spécule depuis 5O ans, sur la gestion du pouvoir et l’apport de la coopération occidentale, que tout le monde a finalement compris, stérile, dans le refus occidental, du transfert de technologie, ce qui a permis l’arrivée des Chinois sur le continent.
C’est la malnutrition qui crée l’anémie, et diminue la combativité des globules rouges dans le sang, contre la maladie. Aujourd’hui, à cause de la misère sociale, organisée par des salaires insuffisants, la plupart des africains ont difficilement deux repas par jour. Ils apprennent à vivre avec la faim dans le ventre toute une journée, pour prendre un seul repas le soir. Cela secrète, des maladies parcellaires que l’hôpital refuse, à cause de la privatisation des soins hospitaliers. J’ai été vraiment ému, d’entendre le grand footballeur Georges Weah, monter à Paris, pour pleurer à l’antenne de RFI, la mort de son pays le Libéria, tué, au quotidien par l’assassin EBOLA, en appelant au secours, Didier Drogba, Eto’o fils, et Adebayor à venir l’aider, pour organiser la mobilisation. Mais tout cela, c’est la dictature africaine aux ordres de l’Occident qui le permet, puisque la recherche scientifique est sacrifiée sur le continent noir. Sinon, ces maux peuvent être vaincus, par un gouvernement africain, responsable, qui ne vient pas au pouvoir, pour gérer le pays, au compte de l’empire colonial. Parce que, la mauvaise gouvernance, tire sa vigueur, dans la gestion néocoloniale, cheville ouvrière des huissiers de la finance internationale (FMI et Banque Mondiale), qui gèrent la corruption par le tribalisme et l’ethnie. C’est pour cela que, le refus de la véritable transparence publique dans la gestion du pouvoir politique, est l’apanage des agents coloniaux comme Alassane Ouattara, qui refusent la démocratie pour ne pas se dévoiler, en se drapant de la violence armée comme argument de pouvoir, d’où les conflits et les maladies en perspectives, qui dépeuplent le continent africain.

La Françafrique est-elle morte ou est-elle incontournable ?


La Françafrique, tel que l’agent colonial Félix Houphouët l’a défini en 1956 au congrès de Conakry, c’est un lobby qui puise sa force dans toutes les familles spirituelles de la France, en utilisant des élites africaines initiées spirituellement, à la gestion contre l’Afrique. Elle ne peut être morte, quand on met encore au pouvoir sur le continent, des hommes comme Ali Bongo, et Faure Eyadema, qui viennent pour remplacer leurs pères initiés. Quand on peut fabriquer une rébellion en Côte-d’Ivoire, avec Guillaume SORO, comme leader d’une génération criminelle contre le combat de la démocratie nationale, au profit de l’ethnie et de la région. Comme en Centrafrique, avec Michel DJOTODIA (à la tête de la Séléka une rébellion armée-) qui organise un coup d’Etat contre Bozizé, sur ordre de Paris. Et le soir venu, laisse des hommes de la Séléka envahir un quartier de Bangui (Boy Rabé), pour y commettre un génocide contre les sudistes chrétiens, c’est ainsi que survient la milice anti-Balakas pour la défense des chrétiens. Alors, Michel Djotodia, en profite et propose la partition du pays, entre le nord musulman et le sud chrétien, au compte de qui ? De la Françafrique. Cela se passe, au travers des hommes commandités, qui viennent pour tuer. Et qui, une fois la mission accomplie, sont remerciés avec l’argent, le salaire du crime. Comme Guillaume SORO, qui s’est enrichi avec ses hommes, en cassant les coffres de l’antenne de la BCEAO à Bouaké (sous les yeux des soldats de la Force Licorne), pour faire main basse sur la somme de 44 milliards CFA. Au sommet de N’djamena pour la paix, Michel Djotodia, aura lui aussi, 4 milliards F Cfa du président Déby (mandaté par la Françafrique) pour se retirer de la présidence du pouvoir centrafricain et repartir, en exil à Cotonou. C’est à travers ces hommes (les nouveaux mercenaires politiques de l’Afrique) que la Françafrique, prospère. Ce sont des faits qui montrent la dépendance du continent, parce qu’on finance et on célèbre ceux qui tuent l’africain dans le plaisir de tuer. La françafrique mourra avec les nostalgiques de l’empire français, dans la révolution anticoloniale de Côte d’Ivoire.…

Etes-vous si optimiste, pour l’Afrique ?


Oui, je suis très optimiste pour mon pays la Côte d’Ivoire et pour l’Afrique. Car, une nouvelle génération de combattants pour la liberté, va entrer en scène bientôt pour donner l’espoir de la démocratie à la jeunesse africaine. Dans l’empire colonial français, après l’Indochine et l’Algérie, aucun pays de l’Afrique noire francophone, n’a pris les armes contre le colonialisme français, il faut donc en finir, pour l’avenir de notre peuple.

A quand votre retour au pays ?

Je ne suis plus, très loin. Je compte les jours.

Interview réalisée par Laurent Okoué
laureake@hotmail.com
Source : Le Monde n°147 du mardi 2 septembre 2014
Dimanche 28 Septembre 2014
Lu 834 fois
La Dépêche d'Abidjan



Interviews
Notez

Nouveau commentaire :

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."




ladepechedabidjan : PROMOTION DU SINGLE BOUGER-BOUGER : UNE JOURNÉE À PARIS AVEC MAGIC SYSTEM ET MOKOBÉ https://t.co/iGIDaFh6r5 https://t.co/AGjQ4Oy0xf
Samedi 3 Décembre - 20:35
ladepechedabidjan : Législatives en Côte d’Ivoire : une partie du FPI ne présentera pas de candidat: En Côte... https://t.co/dCD0pf59ZS https://t.co/cQHVBHDstV
Samedi 3 Décembre - 13:27
ladepechedabidjan : Et si j’avais raison: Avec les élections en Gambie et surtout le système particulier de... https://t.co/dFsYGHVW7c https://t.co/hEKe5Bmf9G
Samedi 3 Décembre - 13:02
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - Les affrontements entre des "syndicats" à Abidjan vendredi ont fait 2... https://t.co/P5a73D8R6x https://t.co/EdxtEhgZ6K
Samedi 3 Décembre - 12:32

Facebook

Partager ce site