Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan








10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

Au Cameroun, les homos ne se cachent plus !

Malgré la chasse aux sorcières, les homosexuels camerounais profitent de la journée internationale de lutte contre l'homophobie, le 17 mai (2011), pour parler à visage découvert.


Au Cameroun, les homos ne se cachent plus !

Le 27 avril 2011, le jeune Clotaire N. est sévèrement battu par sa mère et ses sœurs et chassé de la maison familiale dans un quartier populaire de Douala, la métropole économique du Cameroun. Il appelle au secours Alternatives Cameroun, une association de défense des droits de l'homme. Il demande au célèbre styliste Parfait Behen, le président de l’association, de supplier sa mère de le reprendre.
« J’ai eu la maman au téléphone et j’ai été scandalisé par les propos qu’elle a tenus à l’égard de son propre enfant. Elle a dit qu’elle n’en voulait plus, qu’il pouvait aller au diable et qu’il n’avait plus de place dans sa maison. Cet enfant est en grande détresse, il souffre énormément», confirme Parfait Behen.

Des histoires comme celles-là, il y en a beaucoup à Douala, à Yaoundé et dans bien d‘autres villes du Cameroun. Celles de jeunes gens que les familles renient parce qu’elles soupçonnent l’homosexualité de leur fils ou de leur fille, parce qu’elles l’ont appris à la suite de quelque «outing».

Un quotidien difficile

Philippe Njaboue, homosexuel lui aussi, a la trentaine. Il est en froid avec son grand frère : «Quand il a su, il a arrêté toute relation avec moi, m’a interdit de voir ses enfants que, croyait-il, je pouvais contaminer et m’a traité d’ambassadeur du diable.». Philippe est l'un des rares kwandengue, comme les homos se désignent eux-mêmes au Cameroun, qui «assument, s’affichent et revendiquent». Une vraie exception !

Candas Fenty, un autre jeune homosexuel, lui, ne s’affiche pas: « Les gens me regardent comme quelqu’un d’étrange. Dans mon quartier, les gens se figent ou arrêtent leurs conversations quand je viens à passer. On dévisage les gens qui me fréquentent. Je suis moi-même obligé de faire attention en sortant de chez moi. Je le vis comme une pression psychologique.»
Mais les choses sont souvent bien pires. Les depso, comme la plupart des gens nomment méchamment les homos dans les grandes villes camerounaises, peuvent être moins bien traités que des «chiens». Insultés, menacés et violentés, ils sont traqués jusque sur leur lieu de travail, comme Aïcha A. qui a vu sa vie basculer quand sa famille a appris qu'elle était lesbienne.
Passons sur les rackets et les dénonciations qui finissent au commissariat ou dans les prisons. Le 28 avril 2011 Roger Jean-Claude Mbede a été condamné à 36 mois de prison ferme par le tribunal de première instance de Yaoundé. Selon l’article 347bis du Code pénal, «est puni d’un emprisonnement de six mois à cinq ans et d’une amende de 20.000 à 200.000 francs CFA [de 31 à 305 euros] toute personne qui a des rapports sexuels avec une personne de son sexe.»

Cette disposition est une véritable épée de Damoclès qui pèse sur les homosexuels et qui conforte l’homophobie ambiante. C’est ce que croit Stéphane Koche de l’Association de défense des homosexuels (Adefho) : « L’abrogation de ce 347bis aiderait à déconstruire la perception que les Camerounais se font de l’homosexualité.». On n’en est certainement pas là. Car d'après une étude réalisée par cette association, près de 200 personnes sont, chaque année, inquiétées et même traînées devant les tribunaux pour inversion.

À l'origine, l'homélie d'un évêque

Depuis quelques années, la question de l’homosexualité et de l’homophobie qu’elle charrie a surgi sur la place publique au Cameroun. Une homélie de l’archevêque de Yaoundé, fin 2005; l’affaire des listes de personnalités présumées homosexuelles, début 2006; et, en janvier 2011, un projet en faveur des homosexuels dont le gouvernement a dénoncé le financement par l’Union européenne. A chaque fois, ces affaires qui défraient la chronique laissent libre cours à une vague de réactions anti-homosexuelles dans un pays où, au nom des traditions, de la religion, de la culture, l’homosexualité est une abomination.

Stéphane Koche s'emporte, revenant sur les origines de la montée en puissance de l'homophobie dans son pays : « C'est l’homélie de Monseigneur Tonye Bakot, l'archevêque de Yaoundé qui a, pour ainsi dire, tout déclenché. Il disait que nous étions un pays où les hommes devaient baisser leur culotte pour avoir un poste, pour entrer dans une grande école; bref, il disait que c’était un moyen pour l’ascension sociale. Il aurait dû dire aussi que les promotions canapé n’ont pas commencé avec les hommes. Elles ont commencé et continuent avec les femmes et personne ne s’en plaint. A l’époque, j’étais étudiant à l’université de Douala et je peux vous dire que ce discours avait foutu une trouille extraordinaire aux étudiants. Tous ceux qui aspiraient à devenir ci ou ça imaginaient qu’il leur faudrait passer par là. Et ça a cristallisé la haine de l’homosexualité et des homosexuels non pas seulement à l’université, mais aussi dans la société camerounaise.»

Dans cette société camerounaise où les ancrages traditionnels et les croyances religieuses sont très forts l’homosexualité reste assimilée à une importation des blancs ou, pire, à un moyen pour justement affaiblir les sociétés africaines. De la sorcellerie ou des pratiques sectaires. Fermez les bans!

Amalgames et avancées

Militante des droits de l’homme et directrice exécutive du Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Redhac), Maximilienne Ngo Mbe tempère : « Le problème, c’est que tous ces gens qui tirent sur les homosexuels ne disent pas la vérité. Il existe une homosexualité naturelle, ordinaire, qui n’a rien à voir avec ces pratiques sectaires et qui ne se montre même pas. La vérité, c’est qu'il y a des sectes qui utilisent et instrumentalisent la jeunesse qui veut un emploi, qui veut faire sa vie et qui rêve.»

De quoi faire dire au sociologue Charles Gueboguo, dans une récente interview au quotidien Libération, que «les homosexuels sont des boucs émissaires», bien souvent obligés de dissimuler leurs tendances sous la couverture de mariages de convenance et la double vie qui va avec. Mais à en croire un bon nombre de défenseurs de leurs droits, les choses changent progressivement pour les homos. Pour Yves Yomb, défenseur des droits des minorités sexuelles: «Le gouvernement a pris la mesure de la problématique du sida chez les homosexuels, l’a intégrée dans sa stratégie de lutte contre la maladie et nous y encourage. Il a traîné les pieds et même si le personnel de santé continue de discriminer les patients sur la base de leur homosexualité, je pense que ça avance.». Parfait Behen le président d'Alternatives Cameroun se réjouit des avancées de l'église catholique sur le sujet : « Même le Vatican a évolué sur ces questions en demandant que l’on ne condamne plus les gens pour homosexualité. C’est curieux que personne n’en parle. C’est pourtant vrai.».
alicenkomMaître Alice Nkom, celle qui s'est fait connaître comme l'avocate des homosexuels au Cameroun, ne démord pas : « Depuis que nous débattons de ce problème, des gens nous écoutent. Beaucoup d’entre eux se sentent interpellés par ce que nous disons parce que nous leur apportons des éléments de fait et de droit. Des éléments qui les amènent à nous dire: "je ne suis pas d’accord avec ce que tu fais, mais je ne vois pas pourquoi on les mettrait en prison. Je ne suis pas d’accord avec eux et ça ne me regarde pas". A la limite, c’est tout ce qu’on leur demande. Comme ils font respecter leur droit à la vie privée, qu’ils respectent celle des autres. Pour moi, les choses évoluent dans le bon sens. Seulement, actuellement, le ministère de la Justice est en train de préparer la réforme du code pénal. Et quand on lit ce qu’il prépare, on voit qu’il maintient l’homosexualité comme infraction. Et ça pourrait arriver dans la mesure où au ministère de la Justice, nous avons quelqu’un qui est prisonnier de ses propres convictions, de sa propre conception qu’il tire peut-être de sa religion et de sa coutume et qui peut, de sa position, influencer tout le Cameroun dans l’élaboration du nouveau code.»

In Slate Afrique
© Photo de Une : Stéphane Tchakam

Mercredi 1 Mai 2013
Lu 391 fois
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 01/11/2016 | 1177 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 20/10/2016 | 1768 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/09/2016 | 2151 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 05/09/2016 | 1388 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 02/09/2016 | 634 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 31/08/2016 | 698 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 20



ladepechedabidjan : PROCÈS GBAGBO - BLÉ GOUDÉ : Le témoin s'est vu proposer un soutien financier pour son... https://t.co/WIYtoRshAC https://t.co/vApbyQ71Z0
Mercredi 7 Décembre - 17:56
ladepechedabidjan : À PROPOS DE LA MALADIE DE MARIE LOUISE ASSEU - LES PRÉCISIONS DE SES PROCHES : "IL N'Y A... https://t.co/wi6kteTCK4 https://t.co/sostGDyoaQ
Mercredi 7 Décembre - 15:57
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - Le Bâtonnier entend privilégier ’’ la liberté de choix’’ de la défense... https://t.co/CXomA7ZR2U https://t.co/qulpFE2IhX
Mercredi 7 Décembre - 15:22
ladepechedabidjan : Interview-« Le vrai nom de Kabila est Hippolyte Kalambé, Kagamé construit le Rwanda avec... https://t.co/y4lwo4fcBN https://t.co/LNxAhiOsun
Mercredi 7 Décembre - 11:07

Facebook

Partager ce site