Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan








10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

Après le braquage dont il a été victime : Adama Dahico raconte son calvaire

Comme il fallait s’y attendre en cette période de purgatoire et d’enfer pour les pro-Gbagbo en Côte d’Ivoire, Dolo Adama dit Adama Dahico ne l’a pas échappé bel. Le candidat indépendant et allié de LMP au second tour de la présidentielle ivoirienne de fin novembre 2010 a été braqué et dépouillé de tout par des éléments des FRCI. Avec l’humour qu’on lui connaît, il revient sur son cauchemar.


Après le braquage dont il a été victime : Adama Dahico raconte son calvaire
Notre Voie : Dans quelles conditions avez-vous été braqué ?

Adama Dahico : Avant tout propos, je voudrais rappeler que nous avons été candidat à la présidentielle de fin 2010. A l’issue du premier tour, j’ai obtenu 0,013 % et occupé la 11ème place sur 14 candidats. Pour une première participation, sans moyen logistique ni financier de campagne mais avec un staff réduit de commando intelligents, je crois que c’est flatteur. Au second tour, La majorité silencieuse (LMS) que je dirigeais a décidé de donner ses voix au candidat Laurent Gbagbo de La majorité présidentielle (LMP) qui était opposé en finale à Alassane Ouattara du RHDP. Tout le monde sait que ce second tour a été suivi d’une crise grave qui s’est transformée en une guerre. Et cette guerre pour avoir la paix était inattendue. Aujourd’hui, nous qui avions juré de prendre le pouvoir per le rire, observons parce que nous nous sommes dit que la Côte d’Ivoire nous appartient à nous tous.

N.V. : Des ressentiments pour vous qui vouliez prendre le pouvoir par le rire mais qui voit son peuple s’entre-déchirer ?

A.D. : Nous regrettons les pertes en vies humaines de part et d’autres ainsi touts les autres actes néfastes qui ont été posés durant cette période noire de notre histoire cinquantenaire. C’est donc l’occasion pour nous de témoigner de toute notre compassion aux familles victimes. Il y en qui porteront à vie les séquelles de cette guerre, qui n’oublieront jamais les pillages, braquages et autres exactions dont elles ont été l’objet. Devant une telle situation, nous réalisons que la meilleure façon de ne pas aider à la revivre, c’est de rester dans la dynamique de pardon, de paix et de réconciliation vraie et sincère et non celle du bout des lèvres. C’est ainsi que le jour de l’investiture du président Alassane Ouattara, le 21 mai 2011, nous nous sommes rendu à la cérémonie, à Yamoussoukro. Le thème n’était-il pas “La Côte d’Ivoire rassemblée” ? Nous avons donc démontré notre bonne foi devant le peuple ivoirien. Mais 48 heures après, aux environs de 11h, au niveau du stade d’Angré, entre notre domicile et notre lieu de travail (il faut aller au travail parce que le chef de l’Etat a demandé que toute la Côte d’Ivoire se mette au travail), un jeune frère et moi avons été coincés par un véhicule non immatriculé de type 4X4. A son bord, il y avait deux hommes. L’un était en treillis mais l’autre en tenue civile. Ils étaient puissamment armés de lance-roquettes, de kalach, de grenade offensive…

N.V. : Que vous voulaient-ils ?

A.D. : Ils nous ont sommés de descendre de mon véhicule, une Honda CRV de type 4X4 immatriculée FA 1501 et de couleur grise. J’étais moi-même au volant. Sous la menace de leurs armes, ils nous ont forcés de les rejoindre à bord de leur véhicule, avant de nous arracher tous nos portables, notre agent et ma montre. Ils ont menacé de l’abattre sur-le-champ mon petit-frère qui hésitait. Histoire de le prévenir qu’ils n’étaient pas là pour plaisanter. Après, celui qui était en civil s’est mis au volant de ma voiture. L’autre nous suivait. Direction, route d’Abobo, quartier Belleville puis Biabou derrière le cimetière. C’est là-bas qu’ils m’ont jeté par terre. Mais avant, dans la voiture, voici de quoi ils m’accusaient : « Comment toi, un Dioula bon sang, peux-tu suivre Laurent Gbagbo ? » Devant leur colère, je ne faisais que leur demander pardon qu’ils ne me tuent pas. Pour me laisser en vie, ils m’ont exigé une rançon de 5 millions FCFA. Je les ai priés de croire que je n’en ai pas. Ils m’ont pressé de leur dire combien je pouvais avoir. Je leur ai répété que je n’ai rien. Ils m’ont dit aussi qu’ils ont appris que j’ai un revolver chez moi à la maison. Je leur ai répondu que ce n’ai pas vrai. A un moment donné, ils ont trouvé qu’on avait trop bavardé qu’il était temps de me traîner en brousse pour y «faire ça rapidement. »

N.V. : Faire quoi ?

A.D. : Mais me zigouiller ! Ils voulaient me tuer rapidement. Mais quand ton heure n’est pas encore arrivé, c’est ça. A cet instant, je me suis mis à prier très fort intérieurement mon Dieu - je suis musulman pratiquant. Voilà comment mes prières et sans doute celles de mes amis ont été exaucées car ils ont fini par avoir pitié de moi. C’est alors qu’ils nous ont abandonnés sur les lieux. En fuyant l’endroit, je suis tombé sur un jeune mécanicien. C’est grâce à lui que j’ai informé certains de mes collaborateurs que je suis en vie. Malgré tout. C’est donc un d’entre eux qui a saisi le commandant Wattao des FRCI. Sur le terrain, il a dépêché une vingtaine de ses éléments à bord de deux Pick-up. Ils ont nous ont finalement extraits de cet enfer. Je voudrais profiter de vos colonnes pour dire que nous voulons tous aller à la paix et qu’il faut que les gens désarment les esprits et les cœurs.

N.V. : Avec tout ce malheur qui vient de vous frapper, regrettez-vous votre amitié avec Laurent Gbagbo et votre soutien à la personnalité ?

A.D. : Pas du tout ! Laurent Gbagbo est un monsieur qui, tout au long de son mandat, a prêté une oreille attentive à notre travail artistique et culturel. Si l’humour a connu aujourd’hui son éclosion au plan national et africain, c’est parce quelque part, il y a eu des dirigeants qui soutenaient nos textes. Mais attention, sous Laurent Gbagbo, il fallait être quelqu’un de tolérant pour supporter ces textes-là parce qu’ils étaient vraiment durs. Et puis, nous sommes en démocratie. Un choix, il est personnel et ça s’assume. Sinon, à quoi servirait le multipartisme. Si on me reproche d’avoir tenu des propos qui n’auraient pas plu à certaines personnes, comme beaucoup d’entre nous les 14 candidats d’ailleurs, qu’on me pardonne au nom de la réconciliation. Mais il ne faut pas oublier que pendant un an, moi aussi, j’ai été choqué par certains de mes compatriotes en propageant des rumeurs, dès l’annonce de ma candidature. Que chacun fasse donc sa part du sacrifice pour se pardonner mutuellement. C’est dans ce sens que je voudrais surtout demander que les nouvelles autorités ivoiriennes-que je connais très bien parce que je suis aussi un enfant du pays-mettent tout en œuvre pour la sécurité des citoyens que nous sommes. A la cérémonie d’investiture, le président m’a dit, selon ses propres termes, qu’il était content de me voir et qu’il me remerciait de mon déplacement. Il a même promis de me recevoir en audience, lorsque tout sera calme. J’espère que c’est le moment parce qu’à mon niveau je me bats pour instaurer la paix et la réconciliation par l’humour. On ne peut pas parler de réconciliation sans Adama Dahico. Ce n’est pas possible. Le président lui-même a été acteur et non auteur, pour avoir été candidat, de la crise. Nous sommes donc là pour contribuer à la reconstruction du pays. C’est pourquoi, je lance un appel au président : « J’ai été votre adversaire d’un jour. Je suis votre collègue président. Nous voulons tous travailler pour la Côte d’Ivoire réconciliée. »

N.V. : Le chef de l’Etat a-t-il été saisi du drame que vous vivez ?

A.D. : Quelques journaux s’en sont déjà fait écho et je suis convaincu que ses services de renseignements lui rendent régulièrement compte de la situation en Côte d’Ivoire.

N.V. : C’est votre collègue président comme vous le dites. Mais comment se fait-il que vous n’avez pas son téléphone direct ?

A.D. En tant que président du parti du Doromikan, je suis bel et bien son collègue. Selon les textes de notre organisation, tous les Ivoiriens qui se succèdent dans le fauteuil présidentiel de la République de Côte d’Ivoire sont d’office mes collègues et amis personnels. C’est pour dire qu’avant ma candidature à la présidentielle, je faisais déjà partie des icônes en Côte d’Ivoire dans le domaine des arts et de la culture. Qu’on me prouve le contraire.


Entretien réalisé par Schadé Adédé in Notre Voie
Mardi 19 Juillet 2011
Lu 600 fois
La Dépêche d'Abidjan



Interviews
Notez

Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."




ladepechedabidjan : PROCÈS GBAGBO - BLÉ GOUDÉ : Le témoin s'est vu proposer un soutien financier pour son... https://t.co/WIYtoRshAC https://t.co/vApbyQ71Z0
Mercredi 7 Décembre - 17:56
ladepechedabidjan : À PROPOS DE LA MALADIE DE MARIE LOUISE ASSEU - LES PRÉCISIONS DE SES PROCHES : "IL N'Y A... https://t.co/wi6kteTCK4 https://t.co/sostGDyoaQ
Mercredi 7 Décembre - 15:57
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - Le Bâtonnier entend privilégier ’’ la liberté de choix’’ de la défense... https://t.co/CXomA7ZR2U https://t.co/qulpFE2IhX
Mercredi 7 Décembre - 15:22
ladepechedabidjan : Interview-« Le vrai nom de Kabila est Hippolyte Kalambé, Kagamé construit le Rwanda avec... https://t.co/y4lwo4fcBN https://t.co/LNxAhiOsun
Mercredi 7 Décembre - 11:07

Facebook

Partager ce site