Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

BLOCO - COUPER, DÉCALER

03/11/2017 - La Dépêche d'Abidjan

BLOCO - ON VA OÙ ?

20/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOIRÉE CARITATIVE AU PROFIT DES ORPHELINATS D'AFRIQUE

03/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

LOGOBI STYLE - "ICI, C'EST ABIDJAN"

22/09/2017 - La Dépêche d'Abidjan

YODÉ ET SIRO - ASEC - KOTOKO

22/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 2

11/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 1

10/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

AU CONCERT DE SOUM-BILL, LE 05 AOÛT 2017, À PARIS

09/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

MAGA DINDIN - A CAPPELLA

30/06/2017 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ - "N'OUBLIEZ PAS"

17/04/2017 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan








L’ORIGINE DE LA FÊTE DE NOËL (PAR CHEIKH ANTA DIOP)

29/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Après la rencontre avec le ministre de l’intérieur : Les dozos doivent regagner leur base naturelle


Après la rencontre avec le ministre de l’intérieur :  Les dozos doivent regagner leur base naturelle
Le ministre d’Etat, ministre de l’intérieur, Hamed Bakayoko, a rencontré, jeudi, les dozos dans la salle de conférences du ministère des Affaires étrangères à Abidjan-Plateau. Au lieu de demander fermement le retour des dozos dans leur base naturelle, M. Bakayoko les a célébrés avant de se proposer de les organiser.
« Avant tout propos, je veux dire que notre pays a connu une crise grave. Et pendant la guerre, les dozos ont apporté une contribution à la libération du pays. Je veux leur dire merci. Nous n’avons pas honte de reconnaitre cela et d’assumer cela. Parce que c’est la vérité. Aujourd’hui la guerre est finie. Le Président est entrain de réorganiser le pays dans tous les domaines. De mettre de l’ordre. Ce qui veut dire retour de chacun à sa place ». Ces propos graves de sens, en cela qu’ils donnent l’onction du régime Ouattara aux graves violations des droits humains et autres exactions commises sur les populations civiles depuis la rébellion armée et la crise postélectorale par ces milices armées, ne sont pas les seules fausses notes de la rencontre du ministre de l’intérieur, Hamed Bakayoko, avec la confrérie des dozos, jeudi dernier, à la salle de conférences du ministère des Affaires étrangères au Plateau. M. Bakayoko n’a pas demandé aux dozos de quitter les villes, villages et hameaux de la zone sud de la Côte d’Ivoire qu’ils hantent pour regagner leur base naturelle, le nord du pays. Bien au contraire, il a tenu des propos troublants voire inquiétants. « Nous avons eu une réunion tout à l’heure avant de venir en salle, nous avons demandé à ce que vous puissiez vous organiser en une seule organisation. Qui organise tous les dozos de sorte que nous n’ayons qu’un seul interlocuteur par zone. On ne peut pas par un coup de baguette magique, faire disparaitre les dozos », a-t-il dit. Certes, les dozos ont leur place dans la société ivoirienne parce qu’ils sont, d’une part, des chasseurs traditionnels pourvoyeurs des marchés en viande de brousse et d’autre part, des guérisseurs traditionnels. Mais doit-on rester silencieux face aux violations des droits de l’homme dont ils sont les auteurs ? Ce qu’on demande au régime 0uattara, c’est de ramener les dozos dans leur base naturelle maintenant que la guerre pour laquelle il les avait sollicités est terminée comme l’indique le ministre Hamed Bakayoko. Car ce que dénoncent les populations du sud, du centre, dez l’Est et de l’Ouest, c’est le fait que les dozos, des milices du pouvoir, infligent des traitements inhumains aux populations qu’ils accusent d’être favorables au président Gbagbo. Visiblement cela ne semble pas préoccuper le régime Ouattara qui a demandé aux dozos de mettre à leur tête, dans chaque région, un chef à l’instar des com’zones de l’ex-rébellion armée. Une sorte de légitimation, à grande échelle, de la violence.

Boga Sivori in Notre Voie
bogasivo@yahoo.fr



Mardi 6 Novembre 2012
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 25/08/2017 | 2130 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 25/06/2017 | 1922 vues
11111  (1 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 19/06/2017 | 884 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire


ESCLAVAGE DES NOIRS EN LIBYE - MANIFESTATION À PARIS https://t.co/6v4cCGsuni https://t.co/ozgbtkevOw

Facebook

Partager ce site