Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan





Musique: Kôrô Ouatt dans le coma

22/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Deuil / Jean-Marc Guirandou inhumé hier

15/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan



10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

Alphonse Djédjé Mady, Secrétaire général du Pdci-Rda : «Mieux vaut un mauvais arrangement qu’un bon procès»

Dans cette interview exclusive qu’il nous a accordée le Pr Alphonse Djédjé Mady, Secrétaire général du Pdci-Rda, parle du limogeage de l’ex-Premier ministre, Jeannot Ahoussou-Kouadio, de la nomination de Daniel Kablan Duncan, de la loi sur le mariage et de la réconciliation nationale.


Alphonse Djédjé Mady, Secrétaire général du Pdci-Rda : «Mieux vaut un mauvais arrangement qu’un bon procès»
Notre Voie : Monsieur le Secrétaire général du Pdci-Rda, avec du recul, quelle est votre opinion sur la dissolution brutale du gouvernement perpétrée par le chef de l’Etat, Alassane Dramane Ouattara, le mercredi 14 novembre dernier ?

Alphonse Djédjé Mady : La Côte d’Ivoire ne peut pas rester sans gouvernement. Pour gérer la crise, pour amener les Ivoiriens à la réconciliation, pour sécuriser ce pays, c’est une priorité qu’on n’aura jamais assez soulignée. Pour toutes ces raisons, la Côte d’Ivoire ne peut pas se permettre de vivre une crise dans une crise. Le gouvernement dissous dans les conditions où cela a été fait, la Côte d’Ivoire ne pouvait pas rester plusieurs jours sans gouvernement, ce serait dommageable pour le pays. Donc, c’est une bonne chose qu’on ait des responsables pour gérer les différents dossiers qui sont vitaux pour la nation. Et on espère que les Ivoiriens, en entrant en eux-mêmes, en situant les priorités, aideront ce gouvernement à aller à la réconciliation, à sécuriser le pays, à remettre les populations au travail. Comme je le dis, à les réconcilier et à ramener la paix.

NV : Avec la formation du nouveau gouvernement, êtes-vous d’avis avec ceux qui parlent de la chute d’un grand et du retour d’un adversaire ?

ADM : Qui est le dinosaure qui serait arrivé et le grand qui serait tombé ?
Dans cette histoire, il n’y a pas de perdants. Personne n’est tombé. Il faut qu’on ait justement la conception du rêve citoyen. Tous ceux qui ne sont pas Premiers ministres en Côte d’Ivoire ne sont-ils pas des dinosaures ou des grands ? Si la Côte d’Ivoire ne comptait qu’un seul dinosaure ou un seul grand, ce serait désespérant. Je pense qu’il faut qu’on comprenne qu’un poste de Premier ministre et même un poste de chef de l’Etat sont des charges qui ont une durée dans le temps. Et comme Houphouët-Boigny nous l’a appris, on peut servir son pays à tous les niveaux pourvue qu’on y mette son cœur. Le Premier ministre Kablan Duncan a l’expérience nécessaire, c’est une très bonne chose. Il pourra rendre service à la Côte d’Ivoire. Le Premier ministre Ahoussou-Kouadio qui vient de quitter ce poste a acquis de l’expérience, où qu’il soit, j’espère qu’il retournera cela à la Côte d’Ivoire. Chacun d’eux fera en sorte qu’on trouve l’harmonie entre les Ivoiriens. Pour l’heure, en cette période de sortie de crise, c’est cela l’essentiel. Sécuriser la Côte d’Ivoire, chercher à réconcilier les Ivoiriens. J’insiste, réconcilier les Ivoiriens et les mettre au travail.

NV : Concernant le vote de la loi relative au mariage, que s’est-il passé pour que le Pdci-Rda retire son amendement et cautionne, en définitive, le projet de loi tel qu’il est arrivé du gouvernement ?

ADM : Il s’est passé que celui qui a introduit son amendement l’a retiré. L’amendement, c’est un député qui l’introduit. En l’espèce, c’est le député Kpli Delphin de M’Bahiakro qui avait introduit l’amendement que beaucoup d’autres députés ont soutenu. Parce qu’à leur sens, il venait améliorer le texte. Car ça garantissait l’égalité des sexes et la liberté du couple, puisqu’on ne refusait pas la cogestion du foyer. D’ailleurs, je me demande s’il existe un foyer où une seule personne gère les tâches. Elles sont toujours reparties. Mais ce qu’on disait simplement, c’est que la société admet comme cellule de base, la famille. Que la notion de chef dans l’organisation d’une société est importante. Et que, comme les deux conjoints doivent être égaux en droit comme le prescrivent les droits universels de l’Homme. Tout comme lors du mariage, on demande aux futurs époux de choisir leur régime matrimonial, nous demandions simplement qu’on leur pose aussi la question : « qui est le chef de votre famille ?». Et qu’ils disent librement : «c’est madame ou c’est monsieur». Ce qui n’enlevait absolument rien à la nécessité de l’égalité. L’égalité ne veut pas forcément dire similitude dans les rôles qu’on assume. Mais il y a des lectures différentes de certaines analyses. La loi a été votée comme elle l’a été. Maintenant il appartient aux citoyens de l’appliquer et de lui donner âme et vie.

NV : Ce n’est pas la première fois que les députés votent une loi dans ce pays. Mais ce qu’il faut remarquer, c’est que cette loi sur le mariage est à l’origine d’une crise institutionnelle, la dissolution du gouvernement. N’est-ce pas cette situation qui a contraint le Pdci à retirer l’amendement qu’il avait introduit ?

ADM : De toutes les façons, si le Pdci a adopté cette position, c’est que tous les sacrifices sont nécessaires pour ne pas que la Côte d’Ivoire s’enfonce encore dans la crise. On n’a vraiment pas besoin d’une autre crise. Celle dont on est en train de sortir est déjà suffisamment grave. Sortons de cette crise. Ce ne serait ni sage, ni patriote de multiplier les crises en cette période de crise qui n’est pas tout à fait réglée. Donc si on peut faire l’économie d’une autre crise, le jeu en vaut la chandelle.

NV : Mais le sentiment qu’on a eu au regard de cette crise, c’est que seul le Pdci a consenti des sacrifices. Vos alliés du Rdr dont le président de ce parti, Alassane Ouattara, n’en ont pas fait autant. Comment expliquez-vous cela?

ADM : la paix n’a pas de prix…

NV : Alors, c’est le Pdci-Rda qui devrait payer seul le prix de cette paix…

ADM : Celui qui veut comprendre que la paix n’a pas de prix doit le faire. On ne dit pas que c’est le Pdci seul qui doit le faire. Chacun le fait à son tour ou concomitamment. Mais, il faut retenir que nous sortons d’une grave crise. Et tous les efforts qu’on peut faire pour éviter d’en rajouter sont bienvenus. On a encore des challenges qui sont beaucoup plus importants que cela.

NV : Le président du Pdci-Rda, Henri Konan Bédié, a rencontré, le jeudi 22 novembre dernier, les députés issus du Pdci. Ces parlementaires lui ont dit que si le Pdci-Rda perd autant de plumes, c’est par la faute de la direction du parti. Est-ce que nous traduisons fidèlement ce qu’ils ont dit ?

ADM : C’est aux députés qu’il faut poser la question.

NV : Qu’est-ce qu’on peut, selon vous, retenir de cette rencontre ?

ADM : Elle s’est tenue maintenant mais, elle a été demandée et programmée de longue date. Cette réunion a été demandée depuis que la nouvelle Assemblée nationale a été mise en place. Les députés Pdci ont, à juste titre, cherché à rencontrer leur président pour échanger avec lui. Donc, c’est un vieux rendez-vous qui vient d’être honoré. Cela dit, ce qu’on peut retenir, entre autres, c’est que le président a dit à propos du mandat des députés. Il a indiqué, en se fondant sur la loi, que le mandat du député n’est pas impératif. De toutes les façons, je l’ai dit et c’est cela l’essentiel, nous devons faire tout ce que nous pouvons pour ne pas recréer des conflits. Si nous pouvons éviter toute crise et nous mettre vraiment à la recherche d’une véritable réconciliation entre les uns et les autres, ce serait une bonne chose

NV : Concernant la réconciliation, pensez-vous que le processus est sur la bonne voie ?

ADM : Il reste encore beaucoup de choses à faire. Je pense que celui qui peut mieux faire le point, c’est le président de la Cdvr. Tout ce que je sais, c’est que la réconciliation est une nécessité. Maintenant est-ce qu’on est sur la bonne voie? Le fait d’en parler est déjà une bonne chose. On en parle, c’est déjà bien et peut-être à force d’en parler, on trouvera la meilleure formule pour y parvenir.

NV : M. le secrétaire général, comprenez-vous le Fpi, ceux qui sont en face de vous et avec qui vous devez faire la réconciliation ?

ADM : On les écoute et ils nous écoutent. On s’écoute, on se parle…

NV : Mais est-ce que vous comprenez leurs préoccupations pour sortir de la crise ?

ADM : Est-ce qu’ils nous comprennent aussi ? C’est également la question. On essaie de se comprendre. De toutes les façons, on ne peut pas aller à la réconciliation sans se comprendre. On fait l’effort de se comprendre. Maintenant, est-ce qu’ils sont satisfaits de la manière dont on les comprend ? C’est un autre problème.

NV : Apparemment non ! Puisque la réconciliation est au poids mort…

ADM : J’ignore à qui revient la faute. L’essentiel est la volonté communément partagée d’aller à la réconciliation. Parce que s’il n’y avait pas les difficultés de se comprendre, on n’en serait pas là. Les choses étant difficiles, qu’est-ce qu’on fait maintenant ?

NV : Le Fpi demande, entre autres, la libération de ses cadres faits prisonniers par le régime. Cette exigence est-elle fondée ou non ?

ADM : L’effort de vouloir se retrouver pour se réconcilier, n’est-ce pas un facteur important qui pourrait permettre de résoudre les problèmes que vous énumérez ?

NV : Est-ce que ce ne serait pas en quelque sorte mettre la charrue avant les bœufs ?

ADM : Quelle est la charrue et quel est le bœuf ?

NV : Il y a une crise profonde, tout le monde le sait. Mais pendant qu’une partie des protagonistes est en train de payer durement et que l’autre est intouchable, peut-on aller à la réconciliation ?

ADM : Moi, je ne confonds pas les notions de Justice et de réconciliation. Il peut y avoir un processus de Justice, et il peut y avoir un effort de réconciliation. La réconciliation obéit à des impératifs, à des démarches autres que ceux de la Justice. Et je rappelle simplement, pour faire la démarcation entre les deux, ce que dit le proverbe : «Mieux vaut un mauvais arrangement qu’un bon procès». Donc je dis, chacun doit faire l’effort pour qu’on aille à la réconciliation. Par ailleurs, d’autres peuvent prendre l’aspect Justice qui est aussi une valeur entre les hommes. Moi, je parle de la nécessité de l’effort qu’on doit faire pour aller à la réconciliation. Vous me dites, il y en a qui sont en prison. Ceux qui doivent répondre disent : «c’est la Justice». Mais la justice peut prendre une décision, vous pouvez sortir du tribunal sans être réconciliés, on sait qui a tort ou qui a raison. Mais moi, je parle de la nécessité de la réconciliation.

N.V. : Est-ce qu’on ne pouvait pas se passer de la Justice, qui est d’ailleurs à double vitesse, pour favoriser justement cette nécessité de la réconciliation ?

ADM : C’est bien ce que je suis en train de dire. Si ceux qui sont en position de renforcer la démarche vers la réconciliation le faisaient, peut-être bien que ça permettrait… je dis bien, peut-être, que ça permettrait d’avancer plus rapidement vers la réconciliation.
B.S.

Interview réalisée par Boga Sivori Koulibaly Doucy in Notre Voie
Mardi 27 Novembre 2012
Lu 382 fois
La Dépêche d'Abidjan



Interviews
Notez

Nouveau commentaire :

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."




ladepechedabidjan : Interview-« Le vrai nom de Kabila est Hippolyte Kalambé, Kagamé construit le Rwanda avec... https://t.co/y4lwo4fcBN https://t.co/LNxAhiOsun
Mercredi 7 Décembre - 11:07
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - Presse : UNJCI, 25 ans de confraternité: L’Union nationale des... https://t.co/mHySNAZsuS https://t.co/t2nNbTDWay
Mercredi 7 Décembre - 10:52
ladepechedabidjan : GADJI CÉLI ET LES ARTISTES RÉSISTANTS - LIBÉREZ NOTRE PRÉSIDENT GBAGBO -... https://t.co/1z8Rj7qedz via @YouTube
Mardi 6 Décembre - 16:50
ladepechedabidjan : PROCÈS GBAGBO - BLÉ GOUDÉ - La pagaille des témoins en vidéo conférence: Un nouveau... https://t.co/Rj93niqxIP https://t.co/s4q5a9BsiI
Mardi 6 Décembre - 16:10

Facebook

Partager ce site