Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan





Musique: Kôrô Ouatt dans le coma

22/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Deuil / Jean-Marc Guirandou inhumé hier

15/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan



10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

Ah, les exactions !-Hiré: Le village de Goudi souffre aux mains des Frci




Dabou : Les Frci font une descente sauvage sur le village de Pass

Le drame des Ivoiriens continue. Le village de Pass dans la commune de Dabou, est depuis hier, sous le choc suite à une violente descente des Frci, milice du pouvoir. En effet, cette force armée a investi très tôt le village de Pass située à 3km de Dabou. Les hommes armés ont traumatisé les villageois qui expliquent difficilement cet acte barbare. Au dire des victimes jointes au téléphone, dès leur entrée dans le village, ils se sont fait entendre par des tirs de sommation pour marquer leur présence. Et aussitôt, ils ont commencé à interpeller les jeunes du village avec une brutalité inouïe. Ainsi donc, près de 34 personnes ont été embarquées dans les véhicules pour être conduites au camp Frci dans la ville de Dabou. Pour justifier cet acte, les bourreaux des villageois disent être à la recherche des évadés de prison. Partant, ils disent qu’ils prendront les empreintes digitales des jeunes enlevés pour faire la vérification. Et, indiquent les Frci, si rien ne leur est reproché, ils seront finalement remis en liberté. Qu’à cela ne tienne ! Mais l’arrestation arbitraire des fils du village de Pass a failli mettre le feu aux poudres. «On était au bord d’un soulèvement des villageois de Pass. Ils sont exaspérés par l’attitude des Frci. Arrêter et détenir en toute illégalité durant une journée, des gens dont certains partaient au champ et d’autres en ville, est inacceptable», estiment nos interlocuteurs. Qui s’insurgent contre le fait que de nombreux jeunes soient arrêtés sans aucune procédure judiciaire. Et leur libération ne s’est jamais faite sans difficulté. Il ne se passe pas de jour sans que les populations ne subissent les brutalités des Frci. Où va la Côte d’Ivoire sous Ouattara ?

Camille Konan


Aboisso : Le corps d’une dame en putréfaction découvert dans sa chambre

Une découverte macabre a eu lieu, le mercredi 19 septembre dernier, au quartier Sokoura, à Aboisso. Le corps de dame Fatou Togo, environ quarante ans, tresseuse bien connue dans la localité a été découvert par un voisin. Ce dernier dit avoir été alerté par une odeur nauséabonde et les envols incessants de grosses mouches. Il s’approche de la porte de sa voisine, par ailleurs propriétaire des maisons anvironnantes, et ouvre la porte. Il aperçoit le corps de Fatou Togo allongé sur un côté et sa fillette de deux ans, visiblement très affamée, assise à côté. La fillette est retirée puis vite conduite au centre hospitalier régional (Chr). Selon des riverains, Fatou Togo n’avait pas été aperçue dans le quartier depuis bientôt une semaine. Elle serait décédée, au moins trois à quatre jours plus tôt, avant cette découverte. De quoi est-elle morte ? Seule l’enquête de la police pourra situer l’opinion.

Sam K.D


Yopougon : Le racket s’intensifie

Sous le prétexte fallacieux de rechercher et de débusquer des miliciens ou des armes dissimulées à Yopougon, c’est plutôt à une véritable opération de racket et de mendicité bien organisée que les forces pro Ouattara offrent aux populations de cette commune. En effet depuis les récentes attaques contre leurs positions, les combattants du chef de l’état qui étaient pour certains cantonnés sur certains sites de Yopougon ont tous été déversés dans les rues de plus grande commune de Côte d’Ivoire .Et les barrages anarchiques ont triplé ou quadriplé. Ainsi, devant le palais de justice ou il n’y en avait pas du tout, trois barrages ont été soigneusement dressés depuis quelques semaines. L’un installé juste à côté du super marché situé en face de l’institution judiciaire, l’autre au carrefour Kouté et le 3éme en face de la gare du sous quartier Béago. Tous ces trois barrages sont distants de moins de 50 m chacun et l’on dénombre une quinzaine de forces pro Ouattara à cet endroit précis. Lors de notre passage mardi sur cette voie, nous avons été ahuris de voir des hommes en treillis supplier des chauffeurs de gbakas, de taxis communaux ou des occupants de véhicules personnels de leur donner le « prix du café ». Tous ceux qui étaient à bord du véhicule qui nous conduisait étaient surpris de voir un élément des Frci qui, après avoir contrôlé les pièces d’un taxi communal ainsi que celles des passagers, s’acharner sur le chauffeur afin qu’il ouvre le coffre de son véhicule pour qu’il détache le sac de riz et de banane des femmes qui venaient certainement de faire le marché. Ce zèle de cet homme en treillis s’expliquait par le fait que les voyageurs et le chauffeur étaient tous en règle mais il voulait les retarder de sorte à leur soutirer quelques pièces pour sa journée. Et c’est justement ce qui, au dire des passagers fut fait avant qu’ils ne soient autorisés à poursuivre leur chemin. Selon plusieurs témoins, tous les taxis communaux qui traversent cette voie pour aller soit vers Niangon ou qui prennent le sens contraire doivent obligatoirement marquer un arrêt à ces trois barrages. Toute chose qui, naturellement constitue une perte de temps inutile pour les transporteurs qui n’ont que leurs yeux pour pleurer. Une fois la nuit tombée, un autre barrage se constitue juste aux feux tricolores de la pharmacie. A une centaine de mètres de là, se trouve un corridor situé non du pont que le ministre délégué à la défense appelle un poste d’observation mais qui en croire plusieurs sources abriterait même une prison.
Vincent Deh


Hiré : Le village de Goudi souffre aux mains des Frci

Les populations de Goudi qui espéraient voir leur quotidien s’améliorer, ont été surprises par le retour en force des Frci. Depuis 5 jours, une quinzaine d’éléments de cette milice du pouvoir sont arrivés à Goudi, dans le canton Zégo dans la sous-préfecture de Hiré. Ce village de Goudi dont le chef est contraint de vivre caché depuis la crise a vu les Frci revenir pour disent-ils implanter une base.
«Ici, les Frci qui sont arrivés ont encore remis des barrages et rackettent les paysans. Ils font payer à chaque commerçant de Goudi la somme de 500f par jour», font remarquer prélèvent nos informateurs qui résidents dans ce village. Ils expliquent que le sous-préfet de Hiré, le commandant de brigade de la gendarmerie ne sont pas informés de leur arrivée. Et, ces Frci n’ont aucun ordre de mission de l’Etat-major des armées. «Quand des militaires normaux se déplacent, ils doivent se munir d’un ordre de mission de la hiérarchie. Comme la campagne agricole va bientôt commencer, ces Frci sont revenus pour rançonner et voler les paysans». Ce qui amène les populations à ruminer leur colère contre la présence jugée envahissante des Frci.
Ainsi les autochtones Dida, les allochtones et les allogènes sont tous révoltés contre cette milice qui règne et abuse des populations en toute impunité.
Selon nos sources, ces Frci sont arrivés à Goudi grâce à Fanny Losséni qui vivait depuis longtemps avec les villageois avant de devenir dozo avec l’avènement du nouveau régime.

Benjamin Koré

Issia:
Les Frci exploitent toujours la radio municipale

La radio municipale d’Issia, propriété de la mairie est toujours exploitée par les Frci. Ce sont elles qui empochent toutes les recettes générées par la radio. Toutes les démarches engagées par la mairie pour reprendre cette radio sont restées sans succès. Mais, les Frci ne veulent pas faire face aux charges de cette radio. La preuve, on apprend que les gens qui ont fait main basse sur la radio ont remis une facture de 1.5 million F de frais d’électricité à la mairie pour règlement. Pourquoi les Frci prennent les recettes de la radio et on demande à la mairie de régler les factures ?

Benjamin Koré

Guibéroua
Les dozos s’offrent 3 jours d’incantation


Décidément les chasseurs traditionnels du Nord de la Côte d’Ivoire font leur colonisation. Depuis le changement du régime, ces chasseurs appelés dozos se s’attribuent le rôle de la police et de la gendarmerie. Pour le faire ces chasseurs bénéficient de badge qu’ils ont reçu du ministère de l’Intérieur. Dans cette logique de colonisation, les dozos ont pendant 3 jours, fait des incantations dans la ville de Guibéroua dans le département de Gagnoa. «Les dozos ont dansé du vendredi 14 à dimanche 16 septembre. C’est dit-on pour adorer leurs fétiches qu’ils ont dansé et tiré des coups de feu durant ces jours», rapportent de nombreux témoins. Qui disent être agacés par ces chasseurs qui ont quitté leurs régions pour s’imposer aux autres peuples.

B. K.

Guéyo
Un Dozo, trafiquant de drogue et d’armes arrêté


La brigade de gendarmerie de Guéyo a arrêté le lundi 27 aout 2012, dans le village de Brokohio dans la sous-préfecture de Sérihio un dozo mêlé à un grand trafique de drogue. Il s’agit de Ouattara Seydou de nationalité burkinabé. Selon les informations reçues, l’individu a été appréhendé lors d’une patrouille de sécurisation faite sur l’axe Guéyo-Guéyo, suite à une attaque des coupeurs de route. En effet, c’est au cours de cette patrouille des éléments de la gendarmerie du commandant Gnakalé Djilé Théodule qu’un motocycliste a été intercepté. Ce dernier était en possession de la seule carte de dozo. Toujours au dire des informations recueillies, pendant son interrogation, Ouattara Seydou, simule un besoin naturel et profite pour jeter un sachet sur le toit d’une habitation avant de s’évanouir dans la nature. La fouille du sachet permet de découvrir une importante quantité de cannabis. Après quelques jours de cavale, le suspect est arrêté dans le village de Brokohio dans la sous-préfecture de Gagnoa et conduit à la brigade de Guéyo.
Interrogé, l’individu ne nie pas les faits. Et les investigations de la gendarmerie ont amené à découvrir que Ouattara Seydou est, non seulement un abonné à la drogue, mais aussi un vendeur de pistolets, de fusils de calibre 12, de munitions. Il avoue être le principal ravitailleur de drogue.
A en croire les mêmes sources, il a été déjà arrêté en 2009 pour trafic de drogue et d’armes et a par le passé été condamné à 05 ans de prison par le tribunal de Gagnoa pour cette sale activité. Mais il est sorti de prison à la faveur de la crise postélectorale. Il a été conduit au tribunal de Sassandra pour répondre de ses actes.
Symphorien Robalé

Benjamin Koré

Une selection de NOTRE VOIE


Samedi 22 Septembre 2012
Lu 356 fois
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 01/11/2016 | 1151 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 20/10/2016 | 1735 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/09/2016 | 2142 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 05/09/2016 | 1371 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 02/09/2016 | 624 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 31/08/2016 | 689 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 20



ladepechedabidjan : ENTRETIEN AVEC FRANÇOIS MBUKU KASA (OPPOSANT CONGOLAIS EN EXIL) https://t.co/etQ47E03kZ https://t.co/8swaDSKzUL
Vendredi 2 Décembre - 17:30
ladepechedabidjan : En Gambie, défaite historique du président autocrate Yahya Jammeh: Après une nuit très... https://t.co/pgy3gVLoGJ https://t.co/a1DLDRlz8t
Vendredi 2 Décembre - 17:10
ladepechedabidjan : Mort d’Ousmane Sow, le sculpteur de l’esprit et de la matière: Le sculpteur Ousmane Sow,... https://t.co/C00anW6gBO https://t.co/Rj0opm6qdw
Vendredi 2 Décembre - 16:25
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - Sommée à comparaître, Simone Gbagbo répond à la Cour : Comment... https://t.co/kYZX36vrab https://t.co/x73rKqJU2M
Vendredi 2 Décembre - 10:02

Facebook

Partager ce site