Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan





Musique: Kôrô Ouatt dans le coma

22/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Deuil / Jean-Marc Guirandou inhumé hier

15/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan



10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

Accords de défense France-Côte d’Ivoire: Comment Sarkozy a piégé Ouattara

La France refuse son soutien militaire en cas d’agression. «Le présent Traité ne prévoit pas de clause d’assistance en cas d’exercice de la légitime défense par le principe d’un concours à la République de Côte d’Ivoire en cas d’agression extérieure et encore moins de crise interne, mais de simples échanges de vues sur les menaces et les moyens d’y faire face…» En d’autres termes, en cas d’insurrection armée ou d’agression extérieure, l’armée française n’aura pas à intervenir militairement pour neutraliser les assaillants.


Accords de défense France-Côte d’Ivoire: Comment Sarkozy a piégé Ouattara

Dans une «note d`information n°90», la Présidence ivoirienne annonçait le jeudi 26 janvier, une rencontre, à l’Elysée, entre Alassane Ouattara et son homologue français nicolas Sarkozy. «Après un tête-à-tête d’environ une (1) heure, les deux Chefs d’Etat ont signé le nouvel Accord de défense entre la Côte d’Ivoire et la France. Cet Accord met l’accent sur la formation et l’équipement des Forces ivoiriennes par la France». Informe le communiqué présidentiel. Un an après, aucun autre communiqué officiel n’a annoncé ni le contenu, encore moins les débats au Parlement ivoirien, que devaient susciter lesdits Accords de défense entre les deux pays.

C’est le site internet d’information participative Mediapart qui, le samedi 22 juin 2013, lève un coin de voile sur ces Accords de défense gardés secrets. Les nouveaux Accords de défense – en remplacement des coloniaux qui faisaient la part belle aux intérêts de l’hexagone – signés précipitamment le 26 janvier 2012, entre la Côte d’Ivoire d’Alassane qui venait d’arriver à la présidence ivoirienne et la France de nicolas Sarkozy dans l’attente de rempiler un nouveau mandat mais qui n’eut pas ce privilège car balayé par le socialiste François Hollande, ont été gardés comme un secret d’alcôve.
«Signé le 26 janvier 2012 à Paris par Alassane Ouattara et Nicolas Sarkozy, ce nouvel Accord était supposé être rendu public par les deux parties; mais depuis, il est tenu secret, les autorités ivoiriennes n’ayant pas encore daigné le mettre à la disposition du grand public. Il était par ailleurs prévu que ledit accord soit soumis à l’appréciation du parlement ivoirien avant de prendre force de loi, mais depuis, il n’a pas encore atterri sur la table des députés», ecrit Médiapart qui en a reçu copie.

Mais qu’est-ce qui peut expliquer ce lourd silence sur des Accords entre deux armées, là où les autorités ivoiriennes sont souvent très bavardes. Alassane Ouattara, on le sait plus que trop, ne perd aucune occasion d’alerter l’opinion sur ce que ses supporters considèrent comme ses prouesses dans les relations internationales. Mais curieusement, le chef de l’Etat ivoirien est resté discret sur le sujet. Ce qui, pour des observateurs avertis, ne laisse présager rien de favorable comme l’espérait le régime ivoirien. En effet, écrit Médiapart, Le document, dont nous avons reçu copie, laisse clairement entendre que les Forces françaises ne serviront plus de bouclier au pouvoir en place à Abidjan, en cas d’attaque extérieure ou interne, tout comme il précise le sort réservé au 43e Bima (Bataillon d’infanterie de marine) et les facilités que l’Etat de Côte d’Ivoire consent à faire aux Forces françaises amenées à séjourner sur le sol ivoirien dans le cadre de la coopération militaire.

Dès l’exposé des motifs, il est clairement indiqué : «Le présent Traité ne prévoit pas de clause d’assistance en cas d’exercice de la légitime défense par le principe d’un concours à la République de Côte d’Ivoire en cas d’agression extérieure et encore moins de crise interne, mais de simples échanges de vues sur les menaces et les moyens d’y faire face». En d’autres termes, en cas d’insurrection armée ou d’agression extérieure, l’armée française n’aura pas à intervenir militairement pour neutraliser les assaillants. On ne devrait donc pas voir les soldats français sur le théâtre des opérations avec leur armement, pour donner la riposte aux forces ennemies. Au regard du nouvel Accord, la France se bornera à échanger avec les autorités ivoiriennes sur les moyens de contrer les agresseurs. Pas plus.

Croit savoir le site Médiapart spécialisé dans les informations de haute confidentialité. Voilà donc levé tout le mystère du silence d’Alassane Ouattara. L’armée française ne sera plus sur le théâtre des opérations avec leur armement, pour venir en aide au régime d’Abidjan. Quand en septembre 2002, l’Etat ivoirien était attaqué par une horde de rebelles venus du nord, le Président Laurent Gbagbo avait espéré l’activation des Accords de défense entre son pays et la France. Mais le Président Jacques Chirac ignorant les clauses, n’avait pas daigné lever le petit doigt. Bien au contraire, alors que l’armée régulière ivoirienne s’apprêtait à lancer une offensive pour libérer la moitié nord annexée à partir de la ville de Bouaké devenue fief des rebelles, la France avait plaidé auprès du Président Gbagbo le rapatriement de ses ressortissants. Résultat au compte final, cette opération d’exfiltration s’avérera une curieuse opération d’armement des rebelles en vue de consolider leurs positions.

Mais alors, pourquoi ce qui devait être la continuité des bons rapports entre l’ancien opposant, Ouattara, au pouvoir depuis avril 2011, supposé chouchou de la France, peut-elle virer à … la rupture ? Surtout au regard de l’amitié entre les deux chefs d’Etat, nicolas Sarkozy et Alassane Ouattara, on ne peut imaginer un seul instant que le premier puisse abandonner le second au moment où celui-ci aura le plus besoin de son ami français pour sécuriser son nouveau pouvoir qu’il a contribué à asseoir. Vu sous l’angle de l’amitié, le contenu des nouveaux Accords de défense peut paraître paradoxal aux yeux des observateurs qui suivent de bout en bout, le soutien de la France aux nouvelles autorités ivoiriennes. Mais qu’à cela ne tienne ! Les pays n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts, cette vielle boutade du général de Gaulle est d’actualité.

Ceci étant, il paraît plausible que la France ait tablé sur les conséquences néfastes de sa guerre contre la Côte d’Ivoire du Président Laurent Gbagbo. Des sources militaires citent des «rapports très alarmants» de la dernière opération militaire française en terre ivoirienne. La guerre contre la redoutable armée de Laurent Gbagbo aurait laissé des traces de sang dans les troupes de ceux qui étaient de l’expédition d’Abidjan. «La France a beaucoup perdu en hommes, en logistique et en image. Elle n’est plus prête à renouveler une nouvelle expérience de ce type d’opération.» A révélé un agent français à Le Temps. A combien la France évalue-t-elle la perte de ses soldats dans l’opération d’Abidjan ? Mystère et boule de gomme. Toujours est-il que la campagne militaire de mars et d’avril 2011 aura été très coûteuse en hommes et en matériels. Une campagne «désastreuse» selon des sources renseignées, qui a sérieusement impacté le moral des troupes, mais aussi soulevé la colère des parents des soldats et des acteurs politiques. Ces derniers continuent encore à s’interroger sur les motifs qui ont coûté la vie à de nombreux soldats français dans les rues d’Abidjan.

Les zones de Cocody route de Bingerville et Yopougon restent encore des souvenirs inoubliables pour les soldats français rescapés. Conséquence immédiate de cette ingérence coûteuse tant en hommes qu’en matériels, le site du 43e Bataillon d’infanterie de marine (Bima), a été fermé et cédé gracieusement à l’Etat de Côte d’Ivoire. «Le 43e bataillon d’infanterie de marine dont la présence trouvait son fondement dans l’Accord de 1961 a été dissous. Il n’y a plus de force prépositionnée en Côte d’Ivoire», stipule l’accord.

Simplice Allard in Le Temps
Mercredi 3 Juillet 2013
Lu 359 fois
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 01/11/2016 | 1154 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 20/10/2016 | 1737 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/09/2016 | 2142 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 05/09/2016 | 1371 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 02/09/2016 | 624 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 31/08/2016 | 689 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 20



ladepechedabidjan : Législatives en Côte d’Ivoire : une partie du FPI ne présentera pas de candidat: En Côte... https://t.co/dCD0pf59ZS https://t.co/cQHVBHDstV
Samedi 3 Décembre - 13:27
ladepechedabidjan : Et si j’avais raison: Avec les élections en Gambie et surtout le système particulier de... https://t.co/dFsYGHVW7c https://t.co/hEKe5Bmf9G
Samedi 3 Décembre - 13:02
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - Les affrontements entre des "syndicats" à Abidjan vendredi ont fait 2... https://t.co/P5a73D8R6x https://t.co/EdxtEhgZ6K
Samedi 3 Décembre - 12:32
ladepechedabidjan : ENTRETIEN AVEC FRANÇOIS MBUKU KASA (OPPOSANT CONGOLAIS EN EXIL) https://t.co/etQ47E03kZ https://t.co/8swaDSKzUL
Vendredi 2 Décembre - 17:30

Facebook

Partager ce site