Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan





Musique: Kôrô Ouatt dans le coma

22/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Deuil / Jean-Marc Guirandou inhumé hier

15/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan



10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

À 5 mois de la présidentielle: Affi N’guessan appelle à renoncer à la violence / le président du Fpi réclame la libération des prisonniers de la crise

Dans un entretien diffusé sur Onuci.fm, mardi 26 mai 2015, le président du Fpi, Pascal Affi N’guessan, égrène les conditions pour une élection présidentielle apaisée. Et parle, au passage du financement des partis politiques et de la Coalition nationale pour le changement( Cnc).


À 5 mois de la présidentielle: Affi N’guessan appelle à renoncer à la violence / le président du Fpi réclame la libération des prisonniers de la crise
Le dialogue pouvoir-opposition est annoncé pour reprendre ce mardi 26 mai 2015 (hier, Ndlr). Du côté du Fpi, votre parti, dans quel état d’esprit abordez-vous cette reprise ?

Comme les autres fois, avec l’espoir que cette fois sera la bonne. Et que cette rencontre nous permettra de trouver, de façon définitive, les solutions à toutes les questions encore en suspens.

Et vous pensez à quoi principalement ?

Nous pensons à la libération de prisonniers d’abord. Vous savez que beaucoup de nos compatriotes sont encore en prison à la suite de la crise post-électorale. C’est vrai qu’il y a eu des libérations mais il y a eu de nouvelles arrestations, et tout cela mis ensemble, constitue un contentieux qu’il faut vider pour assainir l’environnement des prochaines élections. Il y a également la question des exilés et des réfugiés. Etant donné que tout le monde est d’accord pour le retour des exilés, il faut que nous passions maintenant aux actes concrets. Comment nous faisons pour que tous ces jeunes ivoiriens, toutes ces femmes, ces vieillards, qui sont dans les camps de réfugiés, puissent être en Côte d’Ivoire avant les élections, et puissent participer, chez eux, aux prochaines consultations électorales ? Il faut donc qu’on voie comment nous nous organisons pour que cela soit effectif. Il y a également le dégel des comptes ; il y a encore des comptes qui sont gelés quatre ans, cinq ans après la crise, cela n’est pas normal. Il faut que, dans les meilleurs délais, nous nous entendions sur une date pour que tous les autres comptes qui sont encore gelés, soient totalement dégelés. Voilà des questions importantes que nous devons traiter définitivement. Ensuite, il y a la question du statut de l’opposition. Nous avons entamé le débat, il faut l’achever.
Lire la suite
Jeudi 28 Mai 2015
Lu 465 fois
La Dépêche d'Abidjan



Interviews
Notez


1.Posté par Akossia Pierre le 28/05/2015 10:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cet homme étonnera toujours comme Alassane Dramane Ouattara qui ne respecte pas l'article 35 de notre constitution.

C'est la même méthode chez Affi, qui a fait comparaitre le groupe majoritaire Gbagbo ou rien devant le tribunal du burkinabè, cela est suivi d'arrestation de KOUA, DJEDJE et OULAYE, et il vient nous faire croire qu'il est innocent dans l'arrestation de ces cadres.

Affi est un phénomène !

2.Posté par Akossia Pierre le 28/05/2015 14:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Affi N'Guessan tricheur comme le burkinabè !
J'ai lu pour vous !

Révélations sur le Congrès d’Affi N'Guessan - Moussa Lingali, sans emploi résidant à Treichville-avenue : « J’ai reçu 400.000F et mobilisé 50 personne

Moins d’une semaine après le congrès d’Affi N’guessan, les langues commencent à se délier. Notamment sur la nature des personnes qui ont fait le déplacement et rempli les gradins du palais des sports de Treichville. Dans la foulée, la révélation satisfait également une autre curiosité et le journal « Aujourd’hui » sait maintenant d’où sont venus les jeunes « militants » d’Affi. Bref, ces deux informations permettent de comprendre pourquoi la place Ficgayo était désespérément vide malgré un concert gratuit de premier choix et un Yopougon plutôt traditionnellement acquis à la cause du FPI.

Jeudi 21 mai 2015. Abidjan. Le 4ème congrès extraordinaire du Front Populaire Ivoirien (FPI) s`est ouvert au palais des sports de Treichville sous la thématique: 2015, pour la paix , la réconciliation nationale et le progrès social; Le changement c`est maintenant. Le PDCI, le PIT et des diplomates ont pris part à cette cérémonie. Photo: Pascal Affi N`Guessan.

La vérité est belle quand elle est nue, a-t-on coutume de dire. Seulement voilà, la vérité que cachait la mobilisation de Treichville où Affi a tenu son congrès dans un palais des sports bondé de « militants » risque de faire grincer quelques dents. Car cette mobilisation nous met clairement au cœur de l’imposture. Deux caractéristiques essentielles avaient en effet été notées chez les « militants » qui avaient fait le déplacement. Ces derniers étaient trop jeunes et n’avaient pas de badges.

Or, il est de notoriété que seuls les délégués mandatés par leur structure ( section, fédération…) prennent part au congrès. Il faut donc être un délégué et pour cela, seul le badge fait foi. Mais au congrès d’Affi, trop peu de personnes avaient leur badge d’une part et, d’autre part, assez peu parmi les « militants » qui ont envahi le palais des sports savaient ce qu’ils faisaient réellement à ce congrès.

Alors comment ces gens ont-ils été mobilisés ? Par bus ? Par convois ? A dire vrai, tout a servi : les bus de la Sotra et les convois venus parfois de l’intérieur du pays. Cela dit, l’essentiel de la mobilisation a été faite à Treichville sur place où les jeunes des quartiers « Avenue », « Entente », « Biafra », « Quartier Appolo », « Belleville » ont été désintéressés… C’est en effet dans ces quartiers que l’ex-président a fait ses emplettes de « militants inconditionnels » qui ont rempli les gradins du palais des sports à la grande joie de Pascal Affi N’guessan.

L’un de ces jeunes qui ont été payés pour le congrès d’Affi a livré quelques confidences sur les gains que cette mise en scène lui a apportés. Il s’appelle Moussa Lingali, Moussa Béret pour les amis. Originaire du Burkina Faso, Moussa Béret a 22 ans et est sans emploi. Il raconte : « c’est par l’intermédiaire d’un garde de corps d’Affi que je connaissais que j’ai fait la mobilisation pour le congrès. J’ai reçu 400.000 F de mon ami garde du corps ; avec ça, j’ai pu trouver 50 personnes.

Je leur ai expliqué qu’après le discours du président, ils pouvaient rentrer chez eux. J’ai aussi donné à mon ami garde de corps sa part. Le reste m’a permis de vivre un peu. En fait, c’est pour « manger », assure Lingali qui botte en touche lorsqu’on lui demande combien il a donné aux autres et combien il lui est resté. Le jeune Lingali sait aussi que d’autres personnes ont été également gagées pour remplir le palais des ports mais il ne les connait pas personnellement. Il ne sait pas non plus combien ces personnes ont reçu. En revanche, il assure que la plupart des jeunes qui ont envahi les gradins sont venus majoritairement des quartiers de Treichville et particulièrement ceux cités plus haut.

Cette révélation vaut aussi explication du fiasco de Yopougon où en dépit d’un concert gratuit de John Yallez, de Yodé et Siro, la place Ficgayo est restéet désespérément vide. En fait, l’argent n’a pas circulé à Yopougon comme il l’a été à Treichville. Etant géographiquement éloigné et sans bus et convois, les jeunes de Treichville qui ont permis à Affi de tromper ses partenaires, ne pouvaient plus sauver à nouveau le soldat Affi. Lequel de toute façon pouvait justifier le fiasco de yopougon par l’impatience des « congressistes » à vouloir retourner en famille.

C’est d’ailleurs ce qu’un membre de son comité de contrôle a fait. Même s’il est difficilement admissible qu’un militant du FPI songe à retourner à Gagnoa, Issia, Daloa ou encore dans une zone éloignée d’Abidjan le même jour après la fête de la liberté qui dure habituellement de longues heures. La vérité, c’est bien ce qu’a confessé Moussa Lingali ou Moussa Béret, jeune ressortissant burkinabé de 25ans, sans emploi et dont les conditions sociales comme la plupart des Ivoiriens, ont finalement rendu possible le rêve d’Affi de continuer encore à tromper les gogos.

Par Sévérine Blé
Par Aujourd'hui

Nouveau commentaire :

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."




ladepechedabidjan : PROMOTION DU SINGLE BOUGER-BOUGER : UNE JOURNÉE À PARIS AVEC MAGIC SYSTEM ET MOKOBÉ https://t.co/iGIDaFh6r5 https://t.co/AGjQ4Oy0xf
Samedi 3 Décembre - 20:35
ladepechedabidjan : Législatives en Côte d’Ivoire : une partie du FPI ne présentera pas de candidat: En Côte... https://t.co/dCD0pf59ZS https://t.co/cQHVBHDstV
Samedi 3 Décembre - 13:27
ladepechedabidjan : Et si j’avais raison: Avec les élections en Gambie et surtout le système particulier de... https://t.co/dFsYGHVW7c https://t.co/hEKe5Bmf9G
Samedi 3 Décembre - 13:02
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - Les affrontements entre des "syndicats" à Abidjan vendredi ont fait 2... https://t.co/P5a73D8R6x https://t.co/EdxtEhgZ6K
Samedi 3 Décembre - 12:32

Facebook

Partager ce site